Les produits de la ruche: la cire d’abeilles

Par défaut

Cire d’abeilles

D’où provient la cire? Cire d’abeilles

C’est un produit de la ruche. Cera alba est une matière sécrétée par les abeilles, au moyen de 8 glandes cirières positionnées 4 à 4 sous chaque coté de leur abdomen. Seules les ouvrières en sont munies : ce n’est pas le cas de la Reine (qui ne sera pas amenée à tenir le rôle de bâtisseuse), ni des faux-bourdons (pour les mêmes raisons). Ces glandes atteignent leur activité maximum entre le 12e et le 18e jour de la vie de l’abeille.

L’abeille consomme du nectar et du miel pour produire de la cire. Le processus biochimique de transformation lui demande beaucoup d’énergie.

La cire est un mélange très complexe de composés organiques dans lequel plus de 300 constituants chimiques ont été identifiés. En fonction de la zone géographique, cette composition varie légèrement, de même que sa qualité. On retrouve par exemple du sable dans la cire originaire des pays désertiques. Pour vérifier l’origine et la qualité d’une cire, on recourt à un banc d’analyses assez poussées (point de congélation, acidité, indice de saponification, point de vaporisation, chromatographie…)

Les petites plaques produites sont blanches et légèrement translucides. Une plaque de cire pèse moins d’un milligramme.

Les produits de la ruche: la cire d'abeilles

Cire d’opercule © Charlotte Dumas

A celles-ci, les abeilles ajouteront notamment des caroténoïdes, qui lui donneront sa couleur jaune-brun caractéristique. Contrairement à beaucoup d’autres cires qui ont tendance à foncer au soleil, la cire d’abeilles s’éclaircit avec le temps. Attention, colorées, la cire perd sa bonne odeur de miel.

Elle peut se conserver très longtemps. Sa température de fusion est entre 62 et 65° C. Elle est insoluble dans l’eau, peu soluble dans l’alcool froid et soluble dans l’alcool chaud, ainsi que le chloroforme, le benzène, l’éther.

Quelle est son utilité dans la ruche ?

La cire produite par les abeilles est destinée à construire les alvéoles hexagonales, qui recevront sans distinction couvain, pollen et miel. Elles servent de nurserie et de garde-manger tout à la fois.

Dès qu’une plaquette de cire est sécrétée, l’abeille la prélève à l’aide d’une patte postérieure et la ramène jusqu’à ses mandibules. Elle la malaxe et l’assemble à d’autres plaquettes pour produire des rayons.

Le saviez-vous ? 1 gramme de cire = 1.250 écailles

Les produits de la ruche: la cire d'abeilles

Cire de cadres contenant du miel et du pollen © Charlotte Dumas

Plusieurs paramètres stimulent la production de cire dans une colonie : le printemps, la miellée et l’instinct d’amassage de l’abeille. La présence de pollen favorise le développement des glandes cirières.

Comment la récolte-t-on ?

La cire n’est pas récoltée au sens propre du terme, mais recyclée par les apiculteurs après son utilisation dans leurs ruches.

On distingue la cire d’opercules (servant à operculer les alvéoles emplies de miel mûr. Il s’agit du tout premier système de conservation) de la cire de cadres (servant à bâtir les alvéoles).

L’apiculteur peut transformer ses cires lui-même grâce à un cérificateur. Le procédé est simple, un chauffage et un filtrage suffisent à préparer la cire. Toutefois il n’assure pas que la cire soit dénuée d’impuretés : en effet, la cire d’abeille présente une forte affinité pour les polluants industriels et les pesticides. Quelle que soit la technique utilisée, on obtient toujours des blocs de cire. Il faut les laisser refroidir le plus longtemps possible pour permettre aux petites impuretés de se déposer dans le bas des blocs.

Pourquoi et comment utiliser la cire d’abeilles ?

Pendant des siècles, l’homme a utilisé ce matériau de nature complexe, pour ses qualités de  plasticité. Il s’en est servi de support d’écriture (tablettes de cire, cire à cacheter) ou pour calfater les navires.  Avant l’arrivée des cires issues du pétrole, elle surpassait toutes les autres substances utilisées pour s’éclairer (suif, graisse…) et servait à la fabrication des cierges d’église.  On l’utilisait en sculpture et pour la réalisation de moulages à cire perdue. Ses propriétés hydrophobes et antibactériennes en faisaient l’un des principaux ingrédients de la momification par les embaumeurs de l’Égypte de l’Antiquité. Cire d’abeilles

La cire d'abeilles

Aujourd’hui, une grande partie de la cire est rendue aux abeilles sous forme de feuilles de cire gaufrées, qui sont fixées sur les cadres de bois pour renouveler les éléments de la ruche. La cire est pour cela laminée à chaud, c’est-à-dire coulée directement entre deux cylindres qui impriment le tracé des cellules.  Elle peut être aussi laminée à froid. Les feuilles ont alors l’avantage d’être moins cassantes pour les manipulations de l’apiculteur. Cire d’abeilles

La cire est encore employée dans des encaustiques ou certains enduits, elle permet de réaliser des batiks, de traiter le bois et les sabots fendus chez les animaux. Elle est également utilisée pour faire la plupart des embouchures de didgeridoo.      La cire est aussi autorisée comme additif alimentaire (E 901). Elle entre enfin dans la composition de nombreux produits cosmétiques (rouges à lèvres, crèmes…) et pharmaceutiques.

Cire d’abeilles

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le piment d’Espelette

Par défaut

Piment d’Espelette

Le pays du piment

Que serait Espelette sans son piment? Si tous les produits régionaux font la fierté de leurs producteurs, à Espelette, l’amour de la petite corne rouge, ont l’a dans la peau dès le plus jeune âge.

Forte d’un succès commercial qui ne se dément pas, l’activité du village est presque essentiellement tournée vers l’agriculture et la culture du piment. Pour rendre à César ce qui appartient à César, le trésor rouge y est même fêté chaque année le dernier week-end du mois d’octobre. Elle se déroulera en 2017 les 28 et 29 Octobre. 

La récolte de l’or rouge, une activité millénaire Piment d’Espelette

Il existe cinq espèces de piments du genre Capsicum qui sont domestiquées. Elles sont originaires d’Amérique du Sud, du Mexique ou d’Amérique centrale. L’une d’entre elles – le Gorria (Capsicum anuum) – a été introduite au Pays basque au 16ème siècle. Dès 1650, le piment commenca à être planté à Espelette. Les caractéristiques climatiques de son terroir se rapprochent en effet beaucoup de celles de son terroir d’origine.

Le piment d'Espelette

Comme souvent les épices ou aromates, la plante a d’abord été utilisée en médecine.

Très vite, il fût utilisé comme condiment et pour la conservation des viandes et jambons. Sa culture se propagea alors de ferme en ferme alentours. Ainsi commença la culture de piment à Espelette. Il a depuis fait la renommée de sa région.

Plantation

A chaque fin de saison, le producteur sélectionne la semence pour l’année suivante. Elle est extraite des piments les plus représentatifs de la variété, par leur taille, forme et attache du pédoncule. Elle germe ensuite sous serre entre 20 et 26° dès le mois de mars. Les jeunes plants seront repiqués au mois de mai et élevés avec attention. Les premières fleurs apparaissent dés le mois de juin et jusqu’au mois d’octobre.

On compte en moyenne 25 000 à 30 000 pieds par hectare.

Récolte

Elle s’effectue manuellement au fur et à mesure de la maturité des piments, du début du mois d’août jusqu’aux premières gelées.

Les piments récoltés rouges sont essuyés, triés (les piments blessés, fendus ou nécrosés doivent être retirés) puis calibrés. Ils seront ensuite utilisés frais ou mis sur des cordes pour un usage ultérieur. Les villages vont alors se parer de guirlandes de piments sur les façades et balcons des maisons. Une corde peut compter 100 piments au maximum et chaque piment doit mesure rentre 7 et 14 centimètres.

Ils peuvent aussi être séchés et broyés pour être vendus en petits bocaux. Lorsqu’il sont transformés en poudre, les piments sont mis à sécher sur des claies et ceux-ci doit provenir d’une seule et même récolte. Les colorants, additifs et conservateurs sont totalement prohibés dans la poudre de piment d’Espelette.

Le piment d'Espelette

la suite…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wolfgang Laib, du pollen au Musée

Par défaut

Wolfgang Laib

Comme tu le sais désormais, je suis bloggeuse, photographe et apicultrice. Je dois te confier que je ne connais rien de plus joli dans la ruche que le spectacle de l’abeille qui transporte des pelotes de pollen sur ses petites pattes zélées. Le pollen n’est pas en reste de photogénie, petites boules de poudre colorée amalgamées, ce sont de vrais petits chef d’oeuvres aux milles tons des plus violets en passant par les rouges, orangés, jaunes et jusqu’au blancs-gris.

Wolfgang Laib

Un homme a su saisir la sensualité de cette matière et toute sa gaieté pour en faire des installations de Landart exposées dans les musées: Wolfgang Laib.

Wolfgang Laib, du pollen au Musée la suite…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le miel de bruyère callune

Par défaut

callune

Origine végétale callune

Floraison et récolte

Distinguer les deux bruyères: Erica et Calluna

Originaire d’Afrique du Sud, la bruyère erica est un petit arbrisseau offrant de jolies fleurs en ombelles qui fleurissent de l’automne à l’hiver. Cette vivace a un pouvoir couvrant intéressant d’autant que son effet buissonnant et sa floraison abondante garantissent un très beau résultat.En fleurs pendant 5 mois de l’année, la bruyère erica ne réclame que peu d’entretien. La bruyère que l’on appelle bruyère d’hiver ou encore vraie bruyère est la bruyère erica, alors que la bruyère d’été est la calluna.

Dès le mois de mars, le feuillage vert foncé de la bruyère callune se couvre de minuscules fleurs. Sa floraison très longue, peut durer jusqu’en mai. Elle est assez irrégulière puisqu’elle est fortement dépendante des conditions climatiques du début de printemps. On peut aisément obtenir du miel de callune très pur car au moment de la floraison, il n’y a pratiquement plus d’autres plantes méllifères en fleurs.

Le miel de bruyère callune

la suite…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un village Indonésien aux couleurs de l’arc-en-ciel

Par défaut

Arc-en-ciel

Un petit village tranquille d’Indonésie situé sur l’île de Java, à 550 kms de Jakarta, attire depuis 2 mois des hordes de touristes et de curieux. Il rassemblait jusqu’alors sur une colline surplombant une rivière environ 200 logements à l’allure triste séparés par des rues sales.

Mais le principal d’un lycée et une poignée d’habitants ont estimé qu’un vaste programme de rénovation était nécessaire et levé des fonds auprès du gouvernement local et d’entreprises du coin. Résultat: en un mois, toutes les maisons ont été repeintes en utilisant des couleurs vives et la rivière polluée a été nettoyée dans le cadre d’un programme de 20.000 euros…l’opération pourrait lui en rapporter bien plus. Cette initiative est destinée à attirer les touristes dans cette zone pauvre de l’île enfin d’en relancer l’économie.

Un village Indonésien aux couleurs de l'arc-en-ciel la suite…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •