Conduire au Maroc

Par défaut

Lorsqu’on veut s’échapper des grandes villes et partir à la découverte des zones montagneuses, des petites villes côtières ou des zones rurales du Maroc, il est utile de louer une voiture. Ma dernière expérience a été riche en surprises – bonnes ou moins bonnes – alors voici un petit résumé des informations utiles que je peux te communiquer, si tu as toi aussi le projet de conduire au Maroc.

Conduire au Maroc

Quelques bases pour commencer: la conduite est à droite avec dépassement sur la gauche. Cédez le passage à droite lorsque les véhicules s’approchent d’une intersection. En tournant, il faut faire attention car les véhicules qui vous suivent peuvent essayer de vous dépasser en même temps. Les ceintures de sécurité sont obligatoires pour le conducteur et le passager à l’avant. Il est illégal de parler sur les téléphones mobiles pendant la conduite. Parce que le Maroc est un pays musulman, il y a une politique de tolérance zéro sur la conduite en état d’ivresse. Tu peux utiliser ton permis Français.

La codification des routes co

Tous les panneaux sont écrits en deux langues: le Français et l’Arabe.

Les autoroutes conduire au Maroc conduire au Maroc

Elles sont sans surprises nommées A+ un chiffre (ex: A7). Leurs infrastructures sont construites selon des normes européennes. La signalisation est donc sans surprise faite de panneaux bleus comme les nôtres. Dans le jargon, on appelle ces routes des bowlings. Payantes, elles sont souvent désertes. C’est une excellente solution  pour “manger du kilomètre” si on ne souhaite pas profiter de la beauté du paysage.

Le réseau autoroutier Marocain représente aujourd’hui près de 1800 kilomètres, répartis sur 8 portions. Une 9e est en projet. Il n’existe qu’une autoroute qui dessert le sud de Marrakech: l’A7, jusqu’à Agadir. Elle permet notamment de réduire le temps de parcours pour se rendre à Essaouira.

Pour préparer ton itinéraire, le site Autoroutes du Maroc (ADM) procure plusieurs informations utiles (trafic en temps réel, travaux, fermetures etc…)

Les routes conduire au Maroc

Il existe deux catégories de routes. Les nationales là aussi sans surprises, sont nommées N+ un chiffre (ex: N9). Il en existe 18, codifiées de N1 à N19 (en sautant la N18). Le réseau routier national se compose des axes reliant les principaux pôles du pays permettant d’assurer des échanges d’importance nationale ou internationale jusqu’aux frontières avec les pays limitrophes. Il est formé aussi de routes ayant une portée importante d’aménagement du territoire. En 2004, il était constitué de 11 000 km, soit environ 20 % du réseau routier total et présentait un taux de revêtement d’environ 85 %. Il a supporté près de 65 % du volume total de circulation. Leur usage est gratuit. Elles sont ouvertes à tous les véhicules. La construction, l’entretien et l’exploitation de ces voies sont à la charge de l’État.

Les cartes routières mentionnent ensuite des routes R+. Le réseau régional relie les pôles de moyenne importance au réseau national. D’une longueur de 10 000  km environ, il couvre moins de 18 % du réseau routier marocain.

Le réseau des routes provinciales relie les centres de petite et moyenne importance et forme l’essentiel du réseau marocain. Il court sur près de 35 700 km (soit près de 62 % du réseau global). Il est codifié P + 4 chiffres (ex: P2022).

Conduire au Maroc

Evidemment toutes ces qualifications sont importantes pour anticiper la qualité de la route (revêtement, largeur, trafic), les limitations de vitesse moyennes et le temps de trajet. C’est un point à ne pas négliger pour préparer ton itinéraire, car 400 kms peuvent parfois prendre 8h à parcourir, là où l’on mettrait en France 2h30.

Les voies express

Au Maroc, contrairement aux autoroutes, elles n’ont aucun statut légal. Sont considérées comme voies express des routes à deux fois deux voies, sans péage et avec intersections à niveau (contrairement aux autoroutes) et de statut variable (route nationale, régionale ou provinciale).

Le réseau des voies express est d’une longueur totale de près de 1.000 kms. La majeure partie de ce réseau a été construite pendant la dernière décennie. Ses routes poussent comme des champignons.

Conduire au Maroc

Les voies express en cours de construction sont situées en grande partie en zones montagneuses et soumises à de forts intempéries.

Les travaux

Au Maroc, la route de développement passe par le développement de la route. En effet, c’est le principal mode de mobilité des personnes (90%) et du transport de marchandises (75%).

Le réseau routier marocain est considéré parmi les meilleurs des réseaux du continent Africain. La longueur de son réseau revêtu a évolué de +50% sur les 20 dernières années. Sur les routes Marocaines, les pelleteuses et les ouvriers spécialisés ne chôment pas!

Conduire au Maroc

Si ton loueur te propose une voiture neuve (comme ça a été mon cas) essaie de négocier un autre modèle, tu t’éviteras quelques sueurs froides lors des inévitables projections de graviers. Vérifie de même tes pneux régulièrement. Si tu comptes prendre des routes secondaires que tu ne connais pas, je te conseille de louer plutôt un 4×4.

Je te décommande vivement d’imaginer conduire la nuit. Déjà le jour, certaines portions sont délicates à traverser, la nuit, avec un mauvais effet surprise, elles pourraient se révéler catastrophiques pour la poursuite de ton parcours.

J’ai rencontré très peu d’auto-stoppeurs sur les routes. Les zones de travaux (et donc leurs ralentissements) peuvent amener leur lot de demandes.

 

Les limitations de vitesse

Attention, ne plaisante pas avec le respect de cette réglementation, car les contrôles de police sont permanents. A Marrakech, une paire de policiers de la sécurité nationale est située à chaque rond-point, et en province, quasi à chaque entrée d’agglomération. Les limitations de vitesse décroissent parfois très rapidement (perte de 20 km/ heure tous les 30 mètres). Il faut être réactif et efficace. C’est une gymnastique dont il faut prendre l’habitude lorsque tu conduis au Maroc.

Si un automobiliste arrivant en face de toi te fait des appels de phare ou un signe de la main qu’on pourrait interpréter comme un “couci-couça”, il attire ton attention sur la probable présence d’un contrôle dans les prochains kilomètres.

Si tu tombes sur des fonctionnaires peu scrupuleux (j’en ai rencontrés…) on pourra même te reprocher de ne pas avoir respecté des panneaux imaginaires. Cette “étourderie” te coûtera une centaine de dhm. Sourire, payer et repartir si tu ne veux pas gâcher tes vacances. Tu auras fait deux heureux pour un coût limité, même si la pratique reste révoltante et condamnable.

  • En agglomérations: 60 km/heure
  • Sur les voies express: 100 km/heure
  • Sur l’autoroute: 120 km/heure

    Attention, la prévention n’est pas ou peu enseignée aux non-conducteurs. Ainsi les enfants n’ont pas beaucoup la notion du danger de la route. Ils peuvent débouler de nulle part sur une route, à pied, en vélo, à contre sens, etc… Sois particulièrement attentif en traversant villes et villages.

L’essence et quelques services routiers

Le carburant n’est pas spécialement bon marché au Maroc. Les tarifs que j’ai pu observer n’étaient pas très éloignés du cours Français du pétrole.

Sur les autoroutes, les aires de repos sont toutes équipées avec les services de base, à savoir les carburants, des points de restauration et des sanitaires. Les aires de services contiennent, en outre, des centres de maintenances pour les véhicules. Elles sont souvent espacées de 40 à 70 km, contrairement à la réglementation sur les routes nationales qui en prévoit une tous les 30 kms.

Conduire au Maroc

Il existe de très nombreuses stations-services sur tout le territoire. Inutile de faire systématiquement le plein comme si tu préparais une invasion de zombies (ce que je te conseillerai a contrario de faire à Cuba, ou les stations services se comptent sur les doigts d’une main). Tu trouveras un chapelet de stations services à l’entrée-la sortie de toutes les agglomérations moyennes. Elles sont situées les unes derrière les autres, ont des marques différentes variées (Lybia oil, Afriquia, Winxo, Total…) et propose des prix très diversifiés à 2 m près. Rassure-toi, choisir l’une plutôt que l’autre ne sera pas une erreur irréparable. Je rappelle que 100 dhm représentent environ un euro, donc dix centimes de dhm ne se comptent même pas dans notre monnaie.

  • Essence: autour de 10.5 dhm/ litre
  • Diesel (gasoil): de à 9.19 à 9.30 dhm/litre (autour de Marrakech)/ de 9.50 à 9.70 dhm/ litre (dans le grand sud)

Les stations-services Marocaines servent les clients.

Si tu as besoin de vérifier la pression de tes pneus, demande au personnel. Les bornes sont parfois bien cachées et sont paradoxalement au summum de la modernité.

  • Tarifs: on donne ce qu’on veut (5 dhm est un bon montant)

Péages sur les autoroutes: les tarifs sont très raisonnables.

  • Tarifs: compter environ 20 dhm/ 100 kms.

Les petits détails qui rendent la route plus belle au Maroc

Les bornes kilométriques désuètes • Les chèvres dans les arganiers • Les vendeurs de dattes au bord de la route •  Les panneaux, attention dromadaires •

Conduire au Maroc

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

Lance le débat!

100

wpDiscuz