Conques et l’Abbatiale Sainte-Foy

Par défaut

Sur le chemin de Compostelle

Un des plus beaux villages de France

Dans son environnement naturel préservé, Conques, classé parmi les Plus Beaux Villages de France pour l’authenticité de son patrimoine bâti, est une référence internationale en matière d’architecture Romane (abbatiale et tympan du jugement dernier), d’orfèvrerie médiévale (Trésor de Sainte-Foy) et d’art contemporain.

Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

La cité médiévale et son Abbatiale © Ch. Dumas

Déambuler dans ses ruelles pavées pour admirer ses maisons à colombages et ses toits de lauze est une source inépuisable d’émerveillement et réjouira les chasseurs d’images les plus exigeants.

Opt-barriere-conques

Les rues pavées de Conques © Ch. Dumas

L’Abbatiale

Les reliques de Sainte-Foy

Au Moyen-Age, pour être considéré par les fidèles, il était de bon ton qu’une congrégation religieuse posséde les reliques d’un Saint.

Aussi, il se raconte depuis les origines de l’Abbaye à Conques qu’un moine nommé Aronisde ait eu en l’an 856 la patience de s’intégrer pendant plus de dix ans dans une congrégation d’Agen pour gagner la confiance de ses compagnons et une nuit, s’approprier les restes de Sainte-Foy dans l’église dont il avait la garde. Ce “pieux larcin”, courant à l’époque, est plus connu sous l’appellation pudique de translation furtive.

Sainte Foy est une jeune fille issue d’une riche famille Agenaise qui fût convertie au Catholicisme à l’âge de douze ans.

Pour ne pas avoir renié sa foi, en 303, elle fût condamnée par Dacien – proconsul Romain – à être torturée et périr brûlée vive sur un grill.  Un orage providentiel ayant éteint le grill, la jeune Foy fût finalement décapitée.

Sainte-Foy est fêtée le 6 octobre, jour supposé de son exécution. Elle est la Sainte Patronne des prisonniers.

En 866, Arosnide ramena les reliques dans son abbaye de Conques où elles furent accueillies solennellement. Les miracles obtenus à l’invocation des reliques de Sainte-Foy intensifièrent très rapidement le pèlerinage à Conques et le culte de la Sainte s’étendit dans toute l’Europe où de nombreux prieurés fûrent fondés en son nom.

Il semble toutefois plus probable que les ossements de sainte Foy aient été mis à l’abri dans l’Abbaye lors des invasions Normandes qui dévastèrent les bords de la Garonne vers 800.

La construction de l’Abbaye

L’afflux de pèlerins incita l’Abbé Odolric à construire l’Abbatiale telle qu’on l’admire aujourd’hui. La construction de l’édifice commença en 1041. Les travaux traînèrent quelque peu; la nef ne fût terminée qu’au début du XIIIe siècle.

C’est en 1994, que fûrent achevées ses dernières modifications: ses larges fenêtres furent agrémentées de vitraux dessinés et mis en place par Pierre Soulages  Artiste comtemporain de renommée internationale et enfant du pays Aveyronnais. Les dessins du projet sont exposés au musée Soulages de Rodez.

En 1998, l’édifice fût classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Considérée comme un chef-d’œuvre de l’Art roman du sud de la France, l’Abbaye de Conques est surtout renommée pour son tympan.

Le tympan

En architecture, le tympan est la surface verticale d’un fronton remplissant le carré délimité, ou la partie verticale d’un portail, comprise entre le linteau et un arc plein-cintre ou une voûte d’ogive. Il est souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d’architecture romanes ou gothiques. Il présente la plupart du temps Jésus et ses apôtres.

Le portail de l’Abbatiale Sainte-Foy de Conques s’ouvre sur deux portes que sépare un large trumeau. Un vaste tympan en plein cintre les surmonte, abrité sous un fronton saillant.

Ce tympan est considéré comme « l’une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions ».  Il jouit dans le Midi d’une réputation qui lui vaut un dicton aveyronnais.

Il représente le Jugement dernier, d’après l’Évangile selon Matthieu. Il comporte 124 personnages, l’ensemble est divisé en trois niveaux.

  • Au niveau médian le cortège des élus est en marche vers le Christ, on peut reconnaître la Vierge Marie et Saint-Pierre, qui sont suivis par les personnages ayant marqué l’histoire de l’abbaye : l’Abbé Dadon (son fondateur), Charlemagne (son bienfaiteur). Dessous, Sainte-Foy sous la main de Dieu, à côté des menottes des prisonniers qu’elle a libérés. De l’autre côté des anges-chevaliers repoussent les damnés essayant d’échapper à l’Enfer. On peut y voir de mauvais moines, un ivrogne pendu par les pieds.
  • Tout en haut dans les angles, on peut voir deux anges sonneurs de cor. Au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer. Derrière lui, les anges portent la Croix et le fer de lance évoquant la Passion.
  • Le troisième niveau est divisé en deux parties. À gauche se trouve le Paradis présidé au centre par Abraham. A sa porte, un ange fait entrer les élus. La partie droite est consacrée à l’enfer, où préside Satan, et où sont châtiés les péchés capitaux : l’Orgueil, désarçonné d’un cheval, l’Avarice pendue haut et court avec sa bourse, la Médisance dont la langue est arrachée par un démon, l’Adultère représenté par une femme poitrine dénudée, liée par le cou avec son amant.      Sur le linteau on peut lire la phrase suivante : « Pécheurs, si vous ne réformez pas vos mœurs, sachez que vous subirez un jugement redoutable ».
Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

Des détails du tympan de l’Abbaye © Ch. Dumas

Tous les soirs à 18h, les visiteurs peuvent se rassembler devant le portail de l’Abbaye. Le Père Jean-Daniel – un des Moines de la Congrégation de Conques – se lance alors dans une présentation très drôle et très vivante de la symbolique de ce chef-d’oeuvre de la sculpture!

Ne manquons pas ensuite à l’intérieur de l’édifice la visite (payante) des tribunes de nuit et la prestation à l’orgue du Père Jean-Daniel qui en déroutera plus d’un.

Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

Conques et l'Abbaye Sainte-Foy

L’intérieur de l’Abbaye: tribunes et vitraux de Soulages © Ch. Dumas

Opt-conques-bas--reliefs

Bas relief de l’Annonciation © Ch.. Dumas

 

Le Trésor

Exposée dans l’ancien réfectoire des moines, la section d’orfèvrerie religieuse de l’Abbaye de Conques est la plus complète collection Française. Ses pièces sont datées du IXe au XVIe siècle.

Le Trésor est constitué quant à lui principalement de reliquaires dus à des artistes locaux, datant du XIe siècle.

Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

L’Abbaye vue du Cloître et de la salle du Trésor © Ch. Dumas

Sa pièce maîtresse est la statue reliquaire de Sainte-Foy, celle qui est à l’origine de la prospérité de l’Abbaye et dont la relique a été volée à Agen. Elle est faite de plaques d’or et d’argent sur une trâme de bois. Au cours des âges, elle a été enrichie de nombreuses pierres précieuses.

Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

Le reliquaire de Sainte-Foy © Les plus beaux villages de France

 

Pour une visite de Conques plus interactive, un très joli reportage d’Arte, présenté par Emmanuel Laborde:

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

1 Commentaire "Conques et l’Abbatiale Sainte-Foy"

100

Visiteur
17 novembre 2015 1 h 49 min

J’adore cette balustrade. Bien originale cette photo !

wpDiscuz