Karl Von Frisch

Par défaut

C’est à l’éthologue autrichien Karl Von Frisch que l’on doit la description du langage des abeilles et la compréhension de leurs danses.

Lorsqu’il publie en 1953 son ouvrage Vie et mœurs des abeilles, il ne se doute pas qu’il vient d’écrire un grand classique de la littérature scientifique et apicole. Dans ce livre essentiel, il expose non seulement les résultats de travaux majeurs, mais également les méthodes expérimentales qui lui ont permis de les fonder, dans un champ mystérieux et peu connu : celui du comportement des insectes.

Ces travaux importants et novateurs seront couronnés par le prix Nobel en 1973.

Karl Von Frisch

Karl Von Frisch

La danse des abeilles Karl Von Frisch

Karl Von Frisch mena ses études sur l’abeille Carnolienne (Apis mellifera carnica). Un jour du printemps 1919, après avoir marqué d’une tache de peinture une abeille butineuse explorant une coupelle d’eau sucrée, il observa :

… L’ouvrière de retour à la ruche se mit à danser en rond, entourée d’abeilles qui témoignèrent d’une grande excitation, ce qui provoqua leur envol vers la coupelle pleine …

Il détermina ainsi que des informations peuvent être communiquées d’une abeille à une autre abeille. Elles s’en servent pour indiquer l’emplacement de sources de nourriture, d’un endroit favorable à l’implantation de la colonie, mais aussi de points d’eau ou de zones de récolte de résines pour la propolis.

Karl Von Frisch

La danse en rond

Elle est utilisée par les abeilles pour décrire une ressource à proximité de la ruche (de 0 à 100m), dans le cas ou l’information principale est l’odeur de la fleur à exploiter. La butineuse qui se livre à la danse en porte la trace sur son corps.
Danse_des_abeilles

Karl Von Frisch

La danse en huit 

Cette danse est plus complexe. Non seulement le lieu est situé précisément, mais des informations quantitatives et qualitatives sont fournies. Elle indique:

  • la direction par rapport au soleil de la zone à explorer, par l’orientation de l’axe de la danse par rapport à la verticale
  • la distance de la zone, par la vitesse du frétillement
  • la nature du butin, par l’odeur dont le corps de la danseuse est imprégné. Alertées, les abeilles jusque-là inactives s’envolent à la recherche de cette nourriture. Grâce à ces mécanismes de communication, les colonies peuvent s’adapter et localiser efficacement les sources de nourriture disponibles. La définition de l’objectif par la danse frétillante est assez précise pour que les abeilles qui ont suivi la danse puissent retrouver l’objectif, même s’il faut faire des détours pour l’atteindre.

Ces découvertes de Karl Von Frisch furent poursuivies par son élève Martin Lindauer qui déchiffra un autre mode de danse des abeilles en 1951, appelée la danse du domicile ou danse de l’essaim.
Au cours de l’essaimage, les abeilles se regroupent non-loin de la ruche en une grappe et se mettent à la recherche d’un nouveau domicile: plusieurs centaines d’éclaireuses sont envoyées en reconnaissance.
A leur retour, les éclaireuses se posent directement sur la grappe de l’essaim. Elles entament alors une danse calquée sur la danse frétillante.
Un chercheur américain, Thomas Seeley, a démontré que de nombreux critères de choix sont évalués et transmis: le volume de la cavité découverte, son isolation thermique, la taille de l’entrée, la protection au vent, la protection à l’humidité. La durée et l’intensité de la danse est proportionnelle à l’intérêt estimé du site d’installation découvert.

Les éclaireuses ainsi informées vont à leur tour inspecter le site potentiel. Le repérage peut ainsi durer plusieurs jours. Peut à peu, les sites d’intérêt moindre sont éliminés jusqu’à parvenir à un choix unique. Le consensus est donc établi par les éclaireuses elles-même, puis c’est tout l’essaim qui reprend sa route et va s’établir à l’emplacement choisi. Ce système remarquable de démocratie représentative, basé sur l’échange et la vérification d’informations, est donc à l’origine du choix du lieu d’implantation, fondamental pour la survie de la colonie toute entière.

Ces éléments ont pu être confirmés en 1986, à l’aide d’un robot miniature capable d’exécuter cette danse des abeilles.

Karl Von Frisch est décédé à Munich en 1982, à l’âge de 95 ans.

Karl Von Frisch

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

Lance le débat!

100

wpDiscuz