La couleur Bleue

Par défaut

 

La couleur Bleue

Le bleu est une couleur froide, considérée comme une des trois couleurs primaires (avec le rouge et le jaune), car il compose deux couleurs secondaires, le vert et le violet. Sa couleur complémentaire est le jaune.

Dans la synthèse additive des couleurs, elle représente une des trois couleurs primaires du système RVB (RGB en Anglais): rouge, vert, bleu.

Opt-le-ciel-pour-limite

Charles-de-Gaulle-Etoile, Paris – France © Charlotte Dumas

Ce champ chromatique comprend de nombreuses nuances soit saturées – comme le bleu outremer – soit désaturées – comme le bleu ciel – soit claires, soit foncées – comme le bleu nuit. Il s’étend des bleu-verts ou turquoises, aux bleu outremer et bleu violacés.

Selon Michel Pastoureau, depuis que l’on dispose d’enquêtes d’opinion depuis 1890 environ, il est devenu la couleur préférée de plus de la moitié de la population occidentale (50 %) devant le vert (20 %) et le rouge (10 %).

Etymologie

Dans l’augmentation progressive du nombre de termes de couleur notée dans les langues du monde, il apparaît seulement en sixième, quand les langues ont déjà séparé le noir, le blanc, le rouge, le vert et le jaune.

Dans les langues européennes, cette distinction est apparue au Moyen Âge. Auparavant, les bleus se décrivent comme soit comme des nuances de blancs, soit comme des variétés de noirs ou de verts.

Usage

Le premier pigment bleu fut découvert par les Égyptiens et obtenu à partir de l’Azurite, un minéral naturel (carbonate de cuivre).
Colorant ou pigment difficile à fabriquer, cette couleur a longtemps été écartée, notamment chez les Grecs et les Romains qui considèrent que c’est la couleur des barbares.
La couleur Bleue

© un photographe du web

Au cours de la IIe dynastie, les Égyptiens mettent au point un bleu à partir de verre coloré au cuivre et broyé en poudre pigmentaire, que les Romains adoptent sous le nom de bleu d’Alexandrie, qui devient plus tard le bleu Egyptien. La recette se répand rapidement à travers le monde antique mais se perd au cours du Moyen Âge.
L’indigo foncé est aussi connu pendant l’Antiquité : obtenu en broyant des feuilles de guède (Isatis tinctoria).
Considéré auparavant comme une simple variété de noir, il acquiert à partir de la fin du XIe siècle une signification autonome : couleur céleste représentée sur le voile de la Vierge. Les Capétiens font du bleu la couleur royale au XIIe siècle.
La culture du pastel en Languedoc à partir du XIIe siècle va faire la richesse de la région : c’est le bleu de guède ou bleu de pastel, concurrencé au XVIe siècle par l’arrivée de plantes tinctoriales en provenance des Amériques (indigo importé par les Portugais) et des Indes colonisées. Il fut surtout utilisé en teinture, car mélangé à l’huile, leur couleur vire au gris.
Au XVe siècle (ré)apparaît le smalt, mis au point à partir de verre coloré au cobalt puis broyé. Il sera très prisé des peintres flamands, malgré sa tendance à se décolorer et à prendre dans l’huile une teinte brunâtre.
 Le premier pigment synthétique moderne est le bleu de Prusse, découvert par hasard en 1704 à Berlin par Johann Diesbach.
Un siècle plus tard, Louis-Jacques Thénard invente le bleu de cobalt, employé dès 1806 par Joseph Turner dans son paysage Goring Mill and Church. Ce pigment admiré de Vincent van Gogh reste un des plus chers de ceux mis à la disposition des artistes.
En 1826, Jean-Baptiste Guimet parvient à effectuer la synthèse du bleu outremer véritable, si onéreux. Il est chimiquement identique, pour une petite fraction du prix.
George Rowney met au point le bleu céruléum, bleu à base de cobalt comme celui de Thénard, en 1860.
Au XXe siècle l’industrie des colorants produit le bleu de phtalo, appelé à ses débuts bleu monastral.
En 1960, l’artiste Yves Klein a breveté un bleu particulier, très profond, sous le nom de International Klein Blue (IKB).

Au début du XIXe siècle, la fin des guerres permet l’importation de l’indigo et du coton. La révolution industrielle concentre la production textile. La chimie améliore le mordançage, facilitant la teinture en bleu. Le bleu foncé rivalise avec l’écru et le cachou pour la fabrication de vêtements de travail. La blouse ou le bourgeron du travailleur devient « bleu de travail ».

Levi Strauss and Co. crée le pantalon de travail Blue Jeans en 1850. Dans les années 1960, le jeans devient le vêtement le plus porté en Europe.

La difficulté à produire du bleu s’est avérée encore récemment au niveau des diodes électroluminescentes. Les premières diodes lumineuses (rouges et vertes, puis jaunes et orange) ont été inventées et produites dans les années 1960, mais il a fallu attendre la fin des années 1990, soit plus de 30 ans, pour que l’on parvienne à produire des diodes bleues.

Dans nombre d’interjections composées de bleu (Corbleu! Nom de Bleu! Parbleu! Ventrebleu!…), le mot se substitue à Dieu pour éviter le blasphème.

Symbolique

Comme le ciel ou la mer qui ouvre les horizons, le bleu est une couleur étroitement liée au rêve, à la sagesse et à la sérénité. Il est l’écho de la vie, du voyage et des découvertes au sens propre et figuré (introspection personnelle). Comme l’eau qui désaltère, il a un petit côté rafraîchissant et pur qui permet de retrouver un certain calme intérieur lié aux choses profondes. Il est symbole de vérité, comme l’eau limpide qui ne peut rien cacher.

Signification positive : rêve, sagesse, sérénité, vérité, loyauté, fraîcheur Signification négative : mélancolie

L’Antiquité privilégie le noir, le blanc et le rouge pour leur symbolique, à l’exception de l’Égypte pharaonique qui y voit une couleur porte-bonheur liée à l’immortalité et à la vérité.

Considéré auparavant comme une simple variété de noir, le bleu acquiert à partir de la fin du XIe siècle une signification autonome : couleur céleste représentée sur le voile de la Vierge obtenu de la pierre azurite. Il devient le symbole de la sérénité, de la candeur et se répand sur les vêtements.

Les capétiens font du bleu la couleur royale au XIIe siècle.

Sous l’Ancien Régime, le bleu est la couleur de l’honneur: il se démocratise décennie après décennie sur les uniformes. Il se trouve ainsi, en France, fortement associé à l’idée nationale.

Après la seconde Guerre mondiale, les Nations unies choisissent une couleur qui n’a été arborée par aucun des combattants, le bleu clair, comme symbole des nouvelles relations entre les nations. Les soldats de la « force de maintien de la paix des Nations unies » utilisent des casques peints dans cette couleur et son surnommés couramment « casques bleus ».

En 1955, l’Union européenne, fondée entre des anciens belligérants, se donne un drapeau à cercle étoilé sur fond bleu.

La couleur Bleue

© un photographe du web

Dans l’hindouisme, la divinité Krishna, dont le nom signifie bleu-noir, est présenté sous les traits d’un homme à la peau bleue. Le peuple des Touaregs du Sahara doivent leur surnom d’« hommes bleus » à leur peau bleue due à la teinture de leur chèche qui déteint sur eux.

Dans les arts graphiques, le bleu est une couleur froide. Elle a un effet psychologique d’éloignement, c’est pourquoi on la dit aussi couleur fuyante.

Dans les images thermographiques, le bleu dénote invariablement le froid ; comme sur la robinetterie domestique, la pastille bleue indique l’eau froide.

Petit bonus

Pourquoi le ciel est-il bleu?

Le bleu du ciel est le résultat de la diffusion de la lumière solaire par l’atmosphère. Si celle-ci n’existait pas, on verrait une voûte céleste toute noire et les étoiles seraient visibles en plein jour.

La lumière blanche du Soleil est un mélange de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. La lumière voyage sous forme d’ondes de différentes longueurs. Chaque couleur a sa propre longueur d’onde. La lumière voyage donc en ligne droite jusqu’à ce qu’elle rencontre un obstacle qui la renvoit dans une autre direction. Quand les rayons solaires entrent dans l’atmosphère, ils rencontrent les atomes, les molécules d’air, les gouttes d’eau et la poussière dont est constitué l’atmosphère. Les molécules d’air ont la bonne dimension pour diffuser les plus courtes longueurs d’ondes de la lumière, les violet, indigo et bleu en l’occurrence; les longueurs d’ondes plus longues, telles que les rouges, ne sont à peu près pas diffusées par ces molécules d’air. C’est donc un mélange de violet, d’indigo, de bleu, de vert et une petite fraction des autres couleurs qui étant diffusés dans tout le ciel, lui conférant ce bleu qui l’on connaît bien.

50 nuances de Bleu

Miniature_bleue

Bleu céladon, bleu marine, bleu pétrole, bleu acier, bleu céleste, bleu canard, bleu Klein, bleu Majorelle, cyan, bleu céruléum, bleu lavande, bleu horizon, bleu indigo, bleu lapis-lazuli, bleu guède, bleu paon, bleu de France, bleu cobalt, bleu azur, bleu persan, bleu charrette, bleu jean, bleu de prusse, bleu de minuit, bleu saphir, bleu sarcelle…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

Lance le débat!

100

wpDiscuz