Le miel: ses variétés

Par défaut

Pour apprendre à mieux connaître le miel, je te propose une trilogie d’articles nommés le Miel: la roue des arômes, le Miel: les concours et le Miel: ses variétés.

 

Quelles sont les caractéristiques qui permettent de produire un miel du même nom ? variétés

Pour mémoire, le miel d’abeilles (oui, on peut considérer qu’il en existe d’autres) est composé de nectar (secrété par les fleurs), de miellat (secrété par les insectes suceurs se nourrissant de la sève des arbres), d’eau, de traces de pollen, d’enzymes et de sucs digestifs contenus dans la salive de l’abeille. variétés

Les éléments butinés sont stockés dans le jabot de l’abeille-butineuse puis régurgités dans celui d’une abeille receveuse par trophallaxie. Celle-ci le régurgitera dans une alvéole de la ruche. La chaleur de la ruche et l’action des abeilles-ventileuses le déshydrateront jusqu’à une hygrométrie de 18%. Puis les abeilles-cirières operculeront le miel arrivé à maturité pour le conserver et s’en servir de nourriture. variétés

Pour cela, il faut qu’une plante fleurisse ou soit visitée par des insectes suceurs. Si elle fleurit, il faut que ses fleurs soient considérées comme mellifères et non-toxiques pour les abeilles (comme le tilleul argenté ou les renoncules)

Le miel: ses variétés

 

Quelles sont les différentes variétés de miels ?

Le classement d’un miel se définit ainsi:

  • en fonction de sa nature: miel de nectar ou de miellat
  • en fonction de son mode d’obtention: en rayons (ou en brèche), égoutté, centrifugé, pressé, crémeux..
  • en fonction de son origine géographique : de France, de Provence, de Corse, des Vosges
  • en fonction du milieu écologique où il a été produit: (les miels Polyfloraux) de Montagne, de Haute-Montagne, de Maquis, de Garrigue, de Forêt, urbains
  • en fonction de la saison de production: de Printemps, d’Eté
  • en fonction de la fleur dominante: les miels Monofloraux (voir liste ci-dessous)

Le miel: ses variétés

Les miels de nectar

Monofloraux

Comme leur nom l’indique, les miels Monofloraux sont en principe issus d’une seule variété florale, mais il est dans la pratique impossible de certifier que les abeilles ont bien butiné le nectar de cette seule et unique variété à cent pour cent !

On considère qu’un miel est mono floral s’il provient d’une seule et même variété à 70%. Même si la floraison d’une variété est abondante et bien localisée, il suffit parfois de quelques facteurs imperceptibles pour l’homme (un changement de vent dominant, de température, d’hygrométrie) pour que les abeilles décident d’aller un peu plus loin, là où d’autres variétés sont également en train de fleurir.

Pour sélectionner un miel, il faut disposer les ruches tout près d’une espèce végétale en fleurs dont l’étendue ou la densité soit suffisante. Certains ruchers permettent des récoltes successives, mais souvent les producteurs doivent, au gré des floraisons de printemps et d’été, transhumer les colonies, parfois sur de longues distances. Quelques précautions techniques et une récolte dès la fin de la miellée, permettront de produire un miel caractérisé, que seule l’analyse en laboratoire authentifiera.

Le miel d’Acacia, le miel d’Arbousier, le miel d’Aubépine, le miel de Bourdaine, le miel de Bruyère blanche, le miel de Bruyère callune, le miel de Bruyère Erica, le miel de Campêche, le miel de Cerisier, le miel de Chardon, le miel de Châtaignier, le miel de Citronnier, le miel de Clémentinier, le miel de Colza, le miel d’Eucalyptus, le miel de Framboisier, le miel de Houx, le miel de Lavande maritime, le miel de Lavande, le miel de Lierre, le miel de Litchi, le miel de Luzerne, le miel de Mandarinier, le miel de Manuka, le miel de Metcalfa, le miel d’Oranger, le miel de Pissenlit, le miel de Rhododendron, le miel de Romarin, le miel de Ronces, le miel de Sainfoin, le miel de Sarrazin, le miel de Saule, le miel de Serpolet, le miel de Tan rouge, le miel de Thym, le miel de Ti Beaume, le miel de Tilleul, le miel de Tournesol, le miel de Trèfle…

On peut s’étonner du nombre de variétés de plantes pouvant permettre la fabrication d’un miel mono floral! Au delà des classiques miels d’acacia, de thym ou de tilleul, combien d’entre nous on déjà entendu parler du miel de Sainfoin ou de Serpolet? En toute honnêteté?

variétés

Polyfloraux

Ce sont les miels dits “toutes fleurs”. Ces miels sont élaborés par les abeilles à partir du nectar ou du miellat provenant de plusieurs espèces végétales. Pour valoriser leur spécificité et permettre au consommateur de reconnaître leur caractère dominant, les apiculteurs indiquent de manière plus ou moins précise leur origine géographique. Celle-ci correspond soit à l’aire de production (région, département, massifs…), soit à un type de paysage faisant référence à une flore identifiée.

Le miel de Causse, le miel de Forêt, le miel de Printemps, le miel de Montagne, le miel de Haute-Montagne, le miel de Garrigue, le miel de Provence, le miel de Maquis, les miels de Mangrove, les miels de la Réunion, les miels de la Guadeloupe et de la Martinique…

 

Les miels de miellat

Un Miel de sapin? Voilà qui a de quoi interpeller. Il n’y a pas de fleur sur un sapin? L’abeille en butine-t-elle les cônes ou les aiguilles ? Et bien non.

Il est évidemment impossible pour une abeille de butiner un sapin, qui n’a pas à proprement parler de fleurs. Elles sont par contre très friandes du suc sécrété par les pucerons qui peuplent ces arbres, on appelle le produit de cette butine non pas miel mais miellat.

Le miel de Sapin, le miel d’Epicéa, le miel de Buplèvre…

 

Les miels bios

Le miel est par définition un produit “naturel” puisqu’il n’est pas fabriqué par l’homme, mais par les abeilles. Cependant, tout au long du processus de production, différents éléments extérieurs peuvent altérer la qualité du miel récolté comme la présence de pesticides sur les fleurs, les traitements chimiques dans la ruche, les méthodes de récolte et d’extraction du miel.

Dans le cas d’un miel bio, ces différents éléments sont contrôlés par un organisme certificateur qui délivre le label Agriculture Biologique (AB).

Pour obtenir cette certification, le miel doit répondre à des exigences bien précises. Les règles de certification sont particulièrement contraignantes et strictes en Europe, si bien que peu d’Apiculteurs travaillent en bio. En France, seuls 300 apiculteurs environ obtiennent ce label. La qualité et la rareté du miel bio justifient qu’il soit plus cher qu’un miel ordinaire.

Les différences entre un miel bio et un miel conventionnel concernent principalement l’aire de production du miel (c’est-à-dire la zone où les abeilles butinent) et les méthodes d’entretien des ruches.

Voici le cahier des charges auquel les apiculteurs doivent se conformer pour pouvoir prétendre au label AB:

  • Les ruches doivent être entourées de cultures biologiques ou sauvages sur un rayon de 3 km
  • Les zones de butinage doivent être éloignées d’au moins 3 km des sources de pollution (villes, autoroutes, zones industrielles, décharges…)
  • Les ruches doivent être construites avec des matériaux non traités, sans peintures ni vernis synthétiques
  • Les cadres situés à l’intérieur des ruches doivent être en cire biologique • les abeilles doivent être essentiellement nourries de leur miel ; le recours à l’alimentation artificielle doit rester très exceptionnel
  • Les abeilles doivent soignées par des méthodes naturelles (de type homéopathie ou phytothérapie)
  • Lors de la récolte, l’usage de répulsifs chimiques est interdit
  • L’extraction doit être effectuée à froid, sans chauffage 

Les mélanges de miels sont interdits en apiculture biologique. Le label garantit que l’apiculteur n’a pas mélangé sa propre production avec du miel importé, comme c’est souvent le cas pour les miels vendus en supermarchés.

 

Les miels rares

La rareté des miels peut avoir plusieurs origines:

  • Elle peut avoir des causes naturelles: une floraison des plantes sur une très courte période, entraînant une production confidentielle, une sécheresse, des innondations
  • ou bien des causes humaines: le remembrement des parcelles agricoles (monoculture) entraînant la disparition des haies, la pollution par les pesticides, les OGM…

Les miels rares et d’exception peuvent avoir des propriétés curatives et des qualités gustatives particulières.

Le miel d’Acoma, le miel d’Amandier, le miel d’Avocatier, le miel de Baobab, le Miel de Bananier, le miel d’Epine, le miel d’Hysope, le miel d’Iponéa, le miel d’Orchidée, le miel de Bardane, le miel de Bourrache, le miel de Caféier, le miel de Caragana, le miel de Carotte, le miel de Cocotier, le miel de Coriandre, le miel de Cotonnier, le miel de Datte, le miel de Faux-Poivrier, le miel de Fenouil, le miel de Karité, le miel de Manguier, le miel de Mélilot, le miel de Menthe, le miel de Palétuvier, le miel de Phacélie, le miel de Pommier, le miel de Réséda, le miel de Sarriette, le miel de Sulla, le miel de Soja, le miel de Tabac, le miel de Tulipier…

Maintenant que tu sais (presque) tout sur le miel, tu n’as plus qu’à te rendre dans un magasin spécialisé en miels et tester tout son stock pour mieux cerner tes préférences et découvrir ton miel préféré. Si ça, ça n’est pas la plus gourmande des excuses pour remplir tes placards de miel… A ta cuillère.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

3 Commentaires "Le miel: ses variétés"

100

Visiteur
Hubert
26 novembre 2016 18 h 01 min

Merci Charlotte pour toutes ces précisions

Visiteur
Lau
8 septembre 2015 12 h 03 min

Etes-vous certaine de vos propos…?

wpDiscuz