Les produits de la ruche: le pollen

Par défaut

D’où provient le pollen?

Il est d’origine végétale naturelle. Les abeilles le butine au coeur des fleurs mellifères pollinifères pour nourrir leur colonie. Ces plantes présentent des grains de pollens volumineux et rugueux qui facilitent leur accrochage aux soies des pattes et du corps de l’abeille (par opposition les plantes pollinisées par le vent possèdent de petits grains de pollen à paroi lisse).

Les produits de la ruche: le pollen

La composition des pollens varie fortement en fonction de l’origine florale. C’est cette diversité que recherchent les abeilles pour équilibrer leur alimentation. Elles participent ainsi à la pollinisation en se déplaçant de fleurs en fleurs. Beaucoup d’espèces “sacrifient” une partie de leur pollen (autrement dit une partie de leur potentiel de reproduction) comme récompense à l’abeille. D’autres plantes produisent de moindre quantités de pollen, mais c’est alors souvent au prix d’une plus forte production de nectar. Cette relation écologique est appelée mutualisme par les biologistes.

Lors de sa visite, l’abeille humecte la poussière de pollen avec du miel qu’elle a pris soin de prélever dans la ruche avant son départ. Une fois recouverte de pollen, l’abeille s’élève au-dessus de la fleur et se brosse méthodiquement avec les peignes situées sur ses pattes. Ses tibias comportent deux petites corbeilles conçues pour son transport jusqu’à la ruche. Des mouvements très rapides et parfaitement coordonnés permettent de le ramener dans les corbeilles. Celui-ci formera de grosses boules colorées (généralement jaunes ou orangées, mais elles peuvent plus rarement tirer sur le violet selon la variété de fleur butinée). De retour à la ruche, l’abeille décroche et stocke ces pelotes dans les alvéoles situées en périphérie du couvain. La chaleur ambiante de la ruche et la présence d’acides lactique dans le pollen va entraîner une fermentation. Sa capacité de conservation et sa digestibilité en seront fortement améliorées.

Quel est son utilité pour les abeilles?

Le pollen est stocké dans la ruche sous deux formes: il rentre en quantités infimes dans la constitution du miel (env. 1%) mais surtout dans celle du pain d’abeilles, millefeuille durci constitué de couches de différents pollens et d’enzymes sécrétées par l’abeille.

Les produits de la ruche: le pollen
Il est l’unique source de protéines de l’alimentation des abeilles. Il leur permet de nourrir leur couvain. Il est nécessaire à son développement. La colonie consomme à cet effet 35 à 40 kilos de pollen par an. 

Comment est-il récolté par l’apiculteur?

L’apiculteur utilise une trappe à pollen. L’abeille qui rentre à la ruche doit traverser une grille appelée peigne à pollen qui retient les pelotes accrochées sur ses pattes arrières. Les pelotes tombent , au travers d’un tamis, dans un  tiroir inaccessible aux abeilles.

Les abeilles mâles et la reine sont plus larges que les ouvrières et ne peuvent pas passer par la grille. Des entrées spécifiques se trouvent sur le coté de la trappe pour permettre aux mâles d’entrer et sortir de la ruche.

La récolte du pollen par l’apiculteur doit être raisonnée: elle doit intervenir sur les ruches les plus fortes, aux périodes de floraison où les ressources en pollen sont importantes, et ne pas être faite en continu.
En effet, le déficit en apport protéinique sur une longue durée pourrait carencer le couvain, l’affaiblir ou même le tuer.

Pourquoi consommer ce produit de la ruche?

Le pollen récolté par les abeilles peut être utilisé par l’homme pour se soigner. Il est l’un des composants de l’apithérapie. Il se présente sous forme de pelotes pesant de 20 à 25 mg. Elles contiennent de 3 à 4 millions de grains de pollen, ce qui représente une exploration de dizaines et même de centaines de fleurs.

Deux façons d’utiliser ton pollen: frais et sec. La première te permettra de garder l’ensemble des éléments minéraux du pollen, mais devra être conservée au congélateur. La deuxième façon – le séchage – permet de le conserver en pot mais il devra être consommé dans l’année afin de ne pas perdre ses vertus.

On préconise de réaliser plusieurs cures par an, durant six semaines. La dose quotidienne est d’une cuillère à café pour un enfant et d’une cuillère à soupe pour un adulte. Ces doses peuvent être doublées si nécessaire. On peut alors prendre une dose le matin et une autre le soir. On le consomme à la cuillère, sec, dans de l’eau ou du thé. On peut aussi l’édulcorer au miel qui s’accorde très bien avec le pollen, en saupoudrer un yaourt ou une compote. Plonger le pollen dans un liquide avant de le consommer facilite son assimilation. L’idéal serait de pouvoir consommer du pollen en rayon (ledit pain d’abeilles) car les abeilles l’ont rendu plus digestible, mais ces techniques de récolte ne sont pas encore répandues.

Le pollen est constitué essentiellement de protéines, d’acides aminés, de vitamines (A, B, C, D, E) et de minéraux. Il est connu pour ses vertus énergétiques, stimulantes et fortifiantes qui permettent d’améliorer les performances physiques (meilleure résistance à la fatigue) et intellectuelles (il est utile en période d’examen). Mais il possède de nombreuses autres propriétés en tant qu’équilibrateur fonctionnel et détoxifiant général.

Parmi ses nombreuses vertus :

  • Il renforce le système immunitaire et lutte contre les infections en général chez des personnes par ailleurs en bonne santé.
  • Il aide à lutter contre le rhume des foins (en particulier le pollen de fléole des prés).
  • Il régule la croissance et limite le vieillissement (notamment des phanères : ongles, cheveux et poils).
  • Il réduit la fatigue oculaire.
  • Il est intéressant en période de convalescence ou de surmenage (physique ou intellectuel).
  • Il régule la nervosité, réduit le stress et lutte contre les états dépressifs en stimulant l’humeur.
  • Il lutte contre les problèmes de constipation et les colites.
  • Il favorise l’appétit chez les anorexiques et, si besoin, la reprise de poids chez les personnes amaigries (100 g de pollen équivalent à environ 7 œufs ou 500 g de viande de bœuf).
  • Il influence favorablement l’hypertension artérielle.
  • Il aide à lutter contre les troubles de la ménopause chez la femme (il diminue les bouffées de chaleur) et ceux de prostate chez l’homme (le pollen de fleur de seigle lutte contre les problèmes de fuites urinaires diurnes dues à une inflammation de la prostate).
  • Il joue un rôle positif dans le cadre de certaines asthénies sexuelles.
  • Il améliorerait la mémoire.

Le pollen – étudié par la discipline appelée palynologie – est susceptible de provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes. Entre mars et septembre, nombre d’entre nous se plaignent d’une allergie au pollen. Il s’agit d’une sensibilité à un ou plusieurs pollens transportés par le vent qui provoquent chez elles ce que l’on appelle le rhume des foins.

Un autre type d’allergie, plus rare, est provoqué par l’ingestion de pollens, sans être particulièrement lié au premier type d’allergie. Les symptômes d’allergie alimentaire au pollen se manifestent par des douleurs abdominales, des effets nauséeux, une irritation des muqueuses ou encore un épaississement des parois buccales.

Retrouve tous les articles du blog sur les produits de la ruche: la cire, la gelée royale, le miel, la propolis et le venin.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

Lance le débat!

100

wpDiscuz