Les produits de la ruche: la cire d’abeilles

Par défaut

Cire d’abeilles

D’où provient la cire? Cire d’abeilles

Après le miel, le pollen, la gelée royale et la propolis, c’est le 5e produit de la ruche. Cera alba est une matière sécrétée par les abeilles, au moyen de 8 glandes cirières positionnées 4 à 4 sous chaque coté de leur abdomen. Seules les ouvrières en sont munies : ce n’est pas le cas de la Reine (qui ne sera pas amenée à tenir le rôle de bâtisseuse), ni des faux-bourdons (pour les mêmes raisons). Ces glandes atteignent leur activité maximum entre le 12e et le 18e jour de la vie de l’abeille.

L’abeille consomme du nectar et du miel pour la produire. Le processus biochimique de transformation lui demande beaucoup d’énergie.

La cire est un mélange très complexe de composés organiques dans lequel plus de 300 constituants chimiques ont été identifiés. En fonction de la zone géographique, cette composition varie légèrement, de même que sa qualité. On y retrouve par exemple du sable lorsqu’elle est originaire des pays désertiques. Pour vérifier son origine et sa qualité, on recourt à un banc d’analyses assez poussées (point de congélation, acidité, indice de saponification, point de vaporisation, chromatographie…)

Les petites plaques produites sont blanches et légèrement translucides. Une plaque pèse moins d’un milligramme.

Les produits de la ruche: la cire d'abeilles

Cire d’opercule © Charlotte Dumas

A celles-ci, les abeilles ajouteront notamment des caroténoïdes, qui lui donneront sa couleur jaune-brun caractéristique. Contrairement à beaucoup d’autres cires qui ont tendance à foncer au soleil, la matière produite par les abeilles s’éclaircit avec le temps. Attention, colorées, elle perd sa bonne odeur de miel.

Elle peut se conserver très longtemps. Sa température de fusion est entre 62 et 65° C. Elle est insoluble dans l’eau, peu soluble dans l’alcool froid et soluble dans l’alcool chaud, ainsi que le chloroforme, le benzène, l’éther.

Quelle est son utilité dans la ruche ?

La cire produite par les abeilles est destinée à construire les alvéoles hexagonales, qui recevront sans distinction couvain, pollen et miel. Elles servent de nurserie et de garde-manger tout à la fois.

Dès qu’une plaquette est sécrétée, l’abeille la prélève à l’aide d’une patte postérieure et la ramène jusqu’à ses mandibules. Elle la malaxe et l’assemble à d’autres plaquettes pour produire des rayons.

Le saviez-vous ? 1 gramme de cire = 1.250 écailles

Les produits de la ruche: la cire d'abeilles

Cire de cadres contenant du miel et du pollen © Charlotte Dumas

Plusieurs paramètres stimulent la production de cire dans une colonie : le printemps, la miellée et l’instinct d’amassage de l’abeille. La présence de pollen favorise le développement des glandes cirières.

Comment la récolte-t-on ?

La cire n’est pas récoltée au sens propre du terme, mais recyclée par les apiculteurs après son utilisation dans leurs ruches.

On distingue la cire d’opercules (servant à operculer les alvéoles emplies de miel mûr. Il s’agit du tout premier système de conservation) de la cire de cadres (servant à bâtir les alvéoles).

L’apiculteur peut transformer ses cires lui-même grâce à un cérificateur. Le procédé est simple, un chauffage et un filtrage suffisent à préparer la cire. Toutefois il n’assure pas que la cire soit dénuée d’impuretés : en effet, la cire d’abeille présente une forte affinité pour les polluants industriels et les pesticides. Quelle que soit la technique utilisée, on obtient toujours des blocs de cire. Il faut les laisser refroidir le plus longtemps possible pour permettre aux petites impuretés de se déposer dans le bas des blocs.

Pourquoi et comment utiliser la cire d’abeilles ?

Pendant des siècles, l’homme a utilisé ce matériau de nature complexe, pour ses qualités de  plasticité. Il s’en est servi de support d’écriture (tablettes de cire, cire à cacheter) ou pour calfater les navires.  Avant l’arrivée des cires issues du pétrole, elle surpassait toutes les autres substances utilisées pour s’éclairer (suif, graisse…) et servait à la fabrication des cierges d’église.  On l’utilisait en sculpture et pour la réalisation de moulages à cire perdue. Ses propriétés hydrophobes et antibactériennes en faisaient l’un des principaux ingrédients de la momification par les embaumeurs de l’Égypte de l’Antiquité. Cire d’abeilles

La cire d'abeilles

Aujourd’hui, une grande partie de la cire est rendue aux abeilles sous forme de feuilles de cire gaufrées, qui sont fixées sur les cadres de bois pour renouveler les éléments de la ruche. La cire est pour cela laminée à chaud, c’est-à-dire coulée directement entre deux cylindres qui impriment le tracé des cellules.  Elle peut être aussi laminée à froid. Les feuilles ont alors l’avantage d’être moins cassantes pour les manipulations de l’apiculteur. Cire d’abeilles

La cire est encore employée dans des encaustiques ou certains enduits, elle permet de réaliser des batiks, de traiter le bois et les sabots fendus chez les animaux. Elle est également utilisée pour faire la plupart des embouchures de didgeridoo.      La cire est aussi autorisée comme additif alimentaire (E 901). Elle entre enfin dans la composition de nombreux produits cosmétiques (rouges à lèvres, crèmes…) et pharmaceutiques.

Cire d’abeilles

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donne ton avis sur cet article

2 Commentaires "Les produits de la ruche: la cire d’abeilles"

100

Visiteur
7 octobre 2017 18 h 08 min

Superbe

Visiteur
10 septembre 2017 22 h 45 min

I like it !!

wpDiscuz