Les produits de la ruche : la cire d’abeilles

Par défaut

Cire d’abeilles

D’où provient la cire ? Cire d’abeilles

Après le miel, le pollen, la gelée royale et la propolis, c’est le 5e produit de la ruche. Cera alba est une matière sécrétée par les abeilles, au moyen de 8 glandes cirières positionnées 4 à 4 sous chaque coté de leur abdomen. Seules les ouvrières en sont munies : ce n’est pas le cas de la Reine (qui ne sera pas amenée à tenir le rôle de bâtisseuse), ni des faux-bourdons (pour les mêmes raisons). Ces glandes atteignent leur activité maximum entre le 12e et le 18e jour de la vie de l’abeille.

L’abeille consomme du nectar et du miel pour la produire. Le processus biochimique de transformation lui demande beaucoup d’énergie.

La cire est un mélange très complexe de composés organiques dans lequel plus de 300 constituants chimiques ont été identifiés. En fonction de la zone géographique, cette composition varie légèrement, de même que sa qualité. On y retrouve par exemple du sable lorsqu’elle est originaire des pays désertiques. Pour vérifier son origine et sa qualité, on recourt à un banc d’analyses assez poussées (point de congélation, acidité, indice de saponification, point de vaporisation, chromatographie…)

Les petites plaques produites sont blanches et légèrement translucides. Une plaque pèse moins d’un milligramme.

Les produits de la ruche: la cire d'abeilles

Cire d’opercule © Charlotte Dumas

la suite…

L’ultra-violet

Par défaut

L’ultra-violet étant situé (comme l’infrarouge) au delà du spectre visible, il ne peut être considéré comme une couleur à part entière. Sa racine latine signifie au-delà du violet.

Egalement appelé lumière noire, c’est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde plus courte que celle de la lumière visible, mais plus longue que celle des rayons XIl ne peut être observé qu’indirectement, soit par fluorescence, soit à l’aide de détecteurs spécialisés.

L'ultra-violet

Ultra-violet… A, B ou C

Près de 5 % de l’énergie du Soleil est émise sous forme de rayonnement ultra-violet (UV).

Ces rayons sont classés dans trois catégories en fonction de leur longueur d’onde : les UV-A (400-315 nm), UV-B (315-280 nm) et UV-C (280-100 nm). Pourtant, en raison de leur absorption par la couche d’ozone de l’atmosphère, 99 % de la lumière UV qui atteint la surface de la Terre appartient à la gamme des UV-A. Ces trois types de rayonnements sont classés en fonction de leur activité biologique et de leur pouvoir de pénétration de la peau. Ils correspondent à trois plages de longueurs d’onde. Plus il a une longueur d’onde longue, moins il est nocif (il se rapproche de la lumière visible) mais plus il a un pouvoir de pénétration cutanée important. Quand sa longueur d’onde diminue, il possède plus d’énergie et donc est plus destructeur.

Les UV traversent l’atmosphère même par temps froid ou nuageux. Ils n’ont rien à voir avec la sensation de chaleur procurée par le Soleil, qui est due aux infrarouges. Leur intensité lumineuse est plus importante entre 11 h et 16 h et à haute altitude, car en traversant une plus petite distance dans l’atmosphère, ils ont moins de chances d’être interceptés par des molécules d’ozone.

La quantité d’UV-B augmente d’environ 4 % à tous les 300 m de dénivelé. Les UV sont réfléchis par l’eau (5 %), le sable (20 %), l’herbe (5 %) et surtout la neige (85 %). L’indice UV est une échelle de mesure de l’intensité du rayonnement UV du Soleil, et du risque qu’il représente pour la santé.

Le trou dans la couche d’ozone est ainsi potentiellement dangereux en raison de la nocivité importante des ultra-violets.

L'ultra-violet

© Paul Wright

Le vin de Porto

Par défaut

Le vin de Porto

Le Porto est un vin muté portugais, produit uniquement dans la région du Haut Douro, à 130 km en amont de la ville éponyme, entre Peso da Régua et la frontière espagnole. La basse vallée du fleuve n’est pas le domaine du vin de Porto mais celui du vinho verde, le climat local ne permettant pas au raisin d’atteindre ici sa pleine maturité.

La vigne est cultivée sur des coteaux schisteux qui reposent sur un sous-sol granitique. La culture est effectuée sur des terrasses accrochées à des falaises abruptes qui se jettent dans la vallée du Douro.

la suite…

Cabotage au Portugal

Par défaut

Le pays de la joie de vivre

Le Portugal, c’est où ?

Cabotage au Portugal

Cabotage au PortugalLe Portugal est situé entre la France, l’Espagne et l’océan Atlantique. Il fait face à la pointe Nord du Maroc. C’est le pays le plus occidental de l’Europe continentale. Outre son territoire continental, le Portugal comprend les archipels des Açores et de Madère, qui sont des régions autonomes du pays.

Le pays a adhéré à l’Europe en 1986 et fait partie de la zone euro.

Cabotage au Portugal

La diaspora Portugaise à travers le monde

Le Portugal fut dès le moyen-âge une terre d’émigration. La diaspora portugaise a la particularité d’avoir évolué à travers les siècles:  d’abord religieuse, elle se fit ensuite expansionniste, puis  économique.

Dès le début de l’Inquisition qui secoua la péninsule Ibérique à la fin du XVe siècle, les premiers Portugais à quitter le territoire furent les Juifs. L’émigration économique au Brésil commença au XIXe siècle et se prolongea pendant la première moitié du XXe siècle. À partir de 1945, les migrations économiques concernèrent principalement les pays développés d’Europe occidentale : vers la France, l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg.

Tous ces processus ont produit la présence de communautés portugaises à l’extérieur du Portugal.

Avec le passage du temps et des générations, ces portugais sont devenus Brésiliens, Américains, Français, Sud-Africains, Vénézuéliens, Luxembourgeois, Allemands, Angolais ou encore Canadiens. Selon le contexte de classements ethniques de certains pays, ils peuvent être classés comme « Portugais », « Luso-Américains » ou « Luso- Brésiliens ».

En plus des 10 720 000 portugais vivant au Portugal, on en compte environ 118 105 000 de plus dans le monde, de première génération ou Luso-descendants, faisant un total d’environ 128 963 000 Portugais dans le monde entier!

Les pays ayant la plus grande communauté portugaise, dans l’ordre décroissant d’importance démographique, sont le Brésil, les États-Unis et la France.

Un petit supplément d’âme

Le Portugal est si convivial, qu’avec la compagnie aérienne locale, même les avions ont une âme. Un grand merci donc à mes boeing allers-retours de la TAP, “Fernando” et “Josefa” pour leurs bons (et sûrs!) services. Comme quoi les noms féminins dans les airs ne sont pas toujours ceux d’une tempête dévastatrice.

la suite…

Le quinoa, c’est bon pour moi

Par défaut

Le mot quinoa est issu de l’espagnol quinua, lui-même dérivé du quechua kinwa. Les Incas l’appelaient chisiya mama, qui signifie ” mère de tous les grains “.

C’est une espèce de plante herbacée annuelle. Le quinoa est considéré comme une pseudo-céréale, car il ne fait pas partie de la famille des graminées, mais de celle de la betterave et des épinards. Il porte le surnom de “riz du Pérou”. Il provient d’Amérique Latine où il est traditionnellement cultivé, sur les hauts plateaux, depuis plus de 5 000 ans.

Comme le haricot, la pomme de terre, le pois chiche, le maïs, le quinoa était à la base de l’alimentation des civilisations précolombiennes, mais, contrairement à ces derniers, il n’a pas retenu l’attention des Conquérants Espagnols à cause de la teneur en saponine de l’enveloppe de ses graines et parceque la farine qui en est tirée n’est pas panifiable, en raison de l’absence de gluten.

Le suinoa, c'est bon pour moiDans les années 1970, les pays industrialisés en quête d’une alimentation plus saine découvrent ses qualités nutritionnelles.

Est-il possible de cultiver le quinoa en France?

la suite…

Paris: la Fondation Louis Vuitton

Par défaut

Pour accueillir à Paris les œuvres de la Fondation Louis Vuitton pour la création, son Président Bernard Arnault, rêvait d’un bâtiment d’exception. Pour le concevoir, il a ainsi fait appel à l’Architecte nord-américain Frank Gehry et retenu une large parcelle située en plein coeur du Bois de Boulogne, sur le terrain du jardin d’acclimatation.

Cette hyper structure, faite d’acier, de béton fibré et de bois, a une surface totale de 11 700 m2 et dépasse les 40 mètres de haut. Selon l’angle de vue, le bâtiment semble flotter sur l’eau. Apparition presque onirique dans le paysage, mi-nuage mi-vaisseau, il niche au creux de la verdure et contemple la Tour Eiffel et le centre d’affaires de la Défense.

Paris: la Fondation Louis Vuitton

Constitué de douze immenses voiles de verre, le bâtiment s’inscrit dans la longue tradition des architectures de verre Parisiennes, comme celle du Grand Palais.

la suite…

Les habitants de la ruche: le faux-bourdon

Par défaut

PERPETUER LES GENES

Les habitants de la ruche: le faux-bourdon

Appelé faux-bourdon pour sa ressemblance avec le “vrai” bourdon (Bombus, un cousin très poilu), le mâle de la colonie n’est présent que lorsque les ressources alimentaires sont suffisantes pour tous les habitants de la ruche. Le faux-bourdon vit dans une société régulée par les femelles.

Les habitants de la ruche: le faux-bourdon

la suite…

Les habitants de la ruche: l’abeille ouvrière

Par défaut

LE COEUR DE LA RUCHE

Les habitants de la ruche: l'abeille ouvrière

Après la Reine – mère des abeilles, le deuxième personnage de la ruche à découvrir est l’abeille ouvrière. Elle n’est pas une habitante de moindre catégorie, puisqu’elles sont des milliers et possèdent un des rôles les plus importants de leur communauté. Insomniaques, stakhanovistes, véritables Shiva à 6 pattes et quatre ailes, ce sont elles les véritables héroïnes de la ruche, ne nous y trompons pas!

Les habitants de la ruche: l'abeille ouvrière

la suite…