Les produits de la ruche : le pollen

Par défaut

D’où provient le pollen ?

Il est d’origine végétale naturelle. Les abeilles le butine au cœur des fleurs mellifères pollinifères pour nourrir leur colonie. Ces plantes présentent des grains de pollens volumineux et rugueux qui facilitent leur accrochage aux soies des pattes et du corps de l’abeille (par opposition les plantes pollinisées par le vent possèdent de petits grains de pollen à paroi lisse).

Les produits de la ruche: le pollen

La composition des pollens varie fortement en fonction de l’origine florale. C’est cette diversité que recherchent les abeilles pour équilibrer leur alimentation. Elles participent ainsi à la pollinisation en se déplaçant de fleurs en fleurs. Beaucoup d’espèces “sacrifient” une partie de leur pollen (autrement dit une partie de leur potentiel de reproduction) comme récompense à l’abeille. D’autres plantes produisent de moindre quantités de pollen, mais c’est alors souvent au prix d’une plus forte production de nectar. Cette relation écologique est appelée mutualisme par les biologistes.

Lors de sa visite, l’abeille humecte la poussière de pollen avec du miel qu’elle a pris soin de prélever dans la ruche avant son départ. la suite…

La Palynologie

Par défaut

Les pollens à l’étude

 

La palynologie est la science qui étudie les spores et grains de pollens, actuels et fossiles. Le terme a été introduit par Hyde et Williams en 1944.

La palynologie: un grain de pollen étudié au microscope

Grain de pollen étudié au microscope

Son représentant est le palynologue. (Attention à ne pas le confondre avec un allergologue, qui traite lui les allergies dûes aux pollens!)

La palynologie peut être utilisée à des fins très variées:

– pour l’évaluation (rétrospective) de la réponse des écosystèmes à des changements climatiques.

– par la police scientifique: elle peut apporter des indices complémentaires sur les milieux visités par une victime ou un suspect.

Sa petite soeur, la mélissopalynologie est l’étude des grains de pollen présents dans le miel. Elle permet de détecter les mélanges et les fraudes mais aussi de labelliser des miels certifiés en ce qui concerne leur composition.

Le mélissopalynologue doit se confectionner lui-même sa collection pollinique de référence à partir de pollens récoltés sur des plantes et montés entre lames et lamelles. C’est un travail fastidieux.

Il n’est d’ailleurs jamais terminé, mais il présente de multiples avantages :

  • posséder une collection de pollen permettant des identifications précises
  • identifier les fleurs mellifères et les situer dans leur environnement, environnement qui sera à l’origine même des spectres polliniques des miels qui y seront produits…

L’analyse pollinique des miels cela n’est pas seulement une science de laboratoire mais c’est surtout une science de terrain dont la compréhension globale permet d’appréhender correctement la vraie nature du miel à travers l’analyse des origines géographique des miels.