Compostelle: que mettre dans mon sac à dos?

Par défaut

La préparation matérielle du pèlerin sac à dos

On aura beau dire que cela demande de la préparation, faire sa première randonnée “longue distance”, c’est surtout un moment dans une vie. C’est le bon moment pour partir, c’est tout. Une bonne préparation facilitera le départ mais on peut aussi partir sur un coup de tête, et apprendre à devenir marcheur en marchant. sac à dos

Compostelle: que mettre dans mon sac à dos?Je suis partie avec des chaussures neuves (!), en empruntant un sac à dos et sans entrainement spécifique. Mais j’ai préparé soigneusement le contenu de mon sac et prêté la plus grande attention au soin de mes pieds. sac à dos

Le pèlerin marche dans une optique de dénuement, le randonneur s’équipe. Il faut savoir trouver le juste milieu pour marcher sereinement sur le Chemin de Compostelle. On peut aussi emprunter, acheter petit pour une première fois et mieux ré-investir ensuite qu’on est convaincu de l’utilité d’un objet. sac à dos

Si tu souhaites faire partie de l’équipe de ceux qui se préparent, je te propose quelques conseils, mûris à fortiori. sac à dos

ac à dos

Agenda

J- 2 mois

Acheter de bonnes chaussures

Une bonne chaussure est adaptée à la saison durant laquelle tu prendras le chemin.

En prévoyant de partir début septembre, j’ai envisagé de ne porter que des sandales de marche (mes Lafuma, éprouvées en juin sur les reliefs rocailleux de la Réunion) sanglées pour un bon maintien du pied, aérées, très légères, munies d’une semelle tout terrain et d’un solide pare-choc pour mes fragiles orteils. Il en existe orteils dégagés, mais cela me parait plus sage de les protéger. A porter avec ou sans socquettes, pour un look “au top” 🙂 Nettoyage à l’eau savonneuse et à la brosse à ongles. sac à dos

Compostelle: que mettre dans ton sac à dos

Lafuma Kempi modèle femme, entre env. 75€

J’ai finalement décalé mon départ d’un mois et la dégradation attendue de la météo ne m’a plus laissé de doutes: j’ai chaussé mes chaussures de randonnée à tige mi-haute, fermées et imperméables. Des Salomon en cuir et Gore-tex (achetées en solde chez Decathlon) prises une pointure un tiers au-dessus de la mienne pour le confort et pour pouvoir porter de grosses chaussettes. Nettoyage à l’eau savonneuse et à la brosse à ongles. sac

à dos la suite…

Compostelle: kilomètre 0

Par défaut

Prendre le Chemin

Direction Saint-Jacques de Compostelle

Ca y est. Je l’ai rêvé, je l’ai envisagé, j’en ai évalué la faisabilité, je me suis décidée, je me suis préparée, j’ai décalé et aujourd’hui j’ai acheté mon billet de train. Je vais partir marcher au long d’un des chemins menant à Saint-Jacques de Compostelle. Il parait que le “Camino” ne laisse pas indemne et qu’on en revient bouleversé.

Kilomètre 0 sur 750.

Qu’on considère le chemin comme un pèlerinage ou comme une randonnée qui sort de l’ordinaire, on a l’envie tout d’abord. De mesurer ses limites physiques, d’un retour à la nature, de découvrir de nouvelles routes, de nouveaux visages – on a des doutes aussi – aurais-je le courage jusqu’au bout? vais-je tenir la distance? – et puis on se jette à l’eau – on verra bien. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Tout voyage commence par un premier pas n’est-ce pas? Il parait que la première semaine est la plus dure.

Se lancer sur le chemin demande de la préparation. Cette préparation est pavée de questions, matérielles et psychologiques. Il faudra apporter des réponses à certaines (quand partir et pour combien de temps? quel chemin emprunter? qu’emporter dans mon sac à dos?) et d’autres viendront sur le chemin… ou ne viendront pas.

Décision #1: partir

Compostelle: kilomètre 0

la suite…