Le premier plan

Par défaut

Pourquoi intégrer un premier plan?

Dans l’article 10 astuces pour bien composer une image, j’ai introduit l’importance des différents plans de l’image: l’avant-plan (aussi appelé premier plan) et l’arrière plan (qui peut se diviser en un second et un troisième plan).

Comme son nom le laisse présager, le premier plan est le tout premier niveau d’information qui se trouve sur une image. Il peut se trouver en bas de l’image, en haut, mais également à sa gauche ou à sa droite.
Diviser son plan en plusieurs zones distinctes permet de donner de la profondeur de champ et donc du relief à ton cliché.
Pour mettre en valeur un sujet, comme un paysage ou un portrait, rien de tel que d’introduire un premier plan, qui aura pour objectif d’attirer l’oeil sur cette zone de la photo, pour ensuite te permettre de dérouler l’histoire que tu veux raconter.

Lire une image

La lecture d’une image par notre oeil et notre cerveau répond à un ensemble de messages.

Certains de ces stimuli sont de l’ordre de l’inné.

Ils sont perçus par notre cerveau reptilien ou par des facteurs génétiques.  Ainsi, les zones homogènes de taille importante, les zones lumineuses, les zones nettes son lues en premier; la présence d’un personnage, d’un visage ou d’un regard attirent l’attention.

Certains de ces messages sont de l’ordre de l’acquis et sont intégrés lors de l’apprentissage de l’écriture ou bien dans le cadre de cultures sociales et ethniques.

De même, comme je te le présente dans mes articles sur le symbolisme des couleurs (le rouge, l’orangele jaune, le vert, le bleu, le violet, le rose…) celles-ci n’ont pas les mêmes significations dans toutes les cultures.

Des tests scientifiques ont démontré que tous les individus d’une même culture possèdent le même cheminement visuel. Le décryptage d’une image n’est donc pas universel. Lorsque nous lisons un texte ou découvrons une photo, nous partageons une structure perceptive commune.

Le balayage de l’œil se fait dans le sens de l’habitude culturelle, il aura donc tendance à aller de gauche à droite et de haut en bas (dans la culture occidentale), de droite à gauche et de haut en bas (dans la culture orientale), de haut en bas et de droite à gauche (dans certaines cultures Asiatiques).
On appelle ces balayages les lectures en Z ou lectures en N.
Pour attirer l’attention du spectateur vers le sujet principal, il va donc falloir se servir de cette connaissance du mécanisme du regard et le diriger.

Comment créer un premier plan?

La technique

• Pour faire ressortir un plan, on peut l’ombrer pour jouer le contraste.
Le premier plan

© Charlotte Dumas

 

la suite…

10 astuces pour bien composer une image

Par défaut

Développer l’oeil du photographe

Lorsqu’un photographe “compose”, il organise les éléments d’une scène. Il décide ainsi du point d’attention de son image.

Pour cela, il va soigneusement:

– déterminer son sujet (un personnage, une nature morte, un objet, un paysage, un détail à accentuer, une situation insolite, une atmosphère)

– choisir une distance avec son sujet (plan large, en reculant, plan rapproché ou macro en zoomant…). Doit-il intégrer l’horizon afin de donner de la perspective à la scène?

– adapter sa position (plan fixe, filé)

– étudier son cadrage (portrait, paysage, diagonale, plongée, contre-plongée)

Par exemple un enfant photographié de la hauteur d’un adulte aura l’air « diminué »; en prenant la photographie à la hauteur de ses yeux, on traite le sujet en égal ; en prenant la photo en contre-plongée, on semble vouloir le dominer.

– faire le choix d’un premier plan et d’un arrière plan et créer une profondeur de champ, nulle ou importante.

– jouer avec la lumière (contrejour, surexposition, lumière rasante, halo, ombre, reflet) et créer des zones d’ombres.

– jouer avec les couleurs (en créant du contraste, en travaillant la monochromie) et les  textures.

Cette composition minutieuse et très personnelle lui permet de créer une atmosphère et de transmettre un message à celui qui lit son image.

Cette étape peut être très naturelle chez un photographe amateur. On parlera alors d’une très belle composition.

Quand une belle photo devient une photo intéressante

Pour qu’une photo esthétique devienne une photo intéressante, il faut lui ajouter un petit supplément d’âme, celui apporté par l’œil du Photographe.

Il existe alors une sèrie de règles à tester pour améliorer sa technique et mieux composer. En voici quelques unes:

1. Remplir le cadre

La façon la plus évidente d’éviter la présence d’éléments distrayants (et donc indésirables) dans une photo, consiste à les exclure, c’est-à-dire à cadrer la photo de façon à ce qu’ils se trouvent hors du champ.

C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à cadrer serré (au-dessus du nombril pour un portrait, en zoomant sur des détails d’un sujet).

10 astuces pour bien composer une image

Prises de distance: les différents types de cadrage © Charlotte Dumas

la suite…

Le contraste

Par défaut

Donne du relief à ton image

Contraste

Du Latin contra, “contre”, et stare, “voir”.

Le contraste est une des propriétés de l’image avec la balance des blancs, la saturation des couleurs, les ombres, les teintes clairs. Elle quantifie la différence de luminosité qui existe entre ses zones claires et ses zones sombres.

Il  manifeste donc des oppositions, mais aussi des complémentarités, lorsqu’il s’agit de couleurs.

Le contraste

Contraste maximum

Le contraste

Contraste équilibré

Le contraste

Contraste minimum © Charlotte Dumas

Dans cet exemple en noir et blanc:

  • s’il est minimum, l’image observée est uniformément grise,
  • s’il est maximum, chaque pixel de l’image tire sur le noir ou sur le blanc.

 

Agir sur la luminosité et le contraste consiste à améliorer l’exposition d’une photo numérique. On peut ainsi sauver une photo d’une mauvaise exposition, faire ressortir des détails dans les tons foncés et les clairs, équilibrer le réglage, donner plus de force à l’image… Une image sur-exposée est souvent beaucoup plus difficile à rattraper qu’une image sous-exposée.

Il se règle sur ton appareil photo ou se modifie en post-traitement (retouches, grâce à un logiciel ad hoc comme Photoshop, Lightroom ou les logiciels spécifiques à ton APN ou à ton navigateur). www.flickr.com