Le frelon asiatique est-il dangereux?

ARTICLE

Le frelon asiatique

Morphologie

Le frelon ressemble à une guêpe mais il est deux fois plus gros.

Le frelon asiatique (Vespa Velutina) a une couleur dominante noire. Il a une large bande orange sur l’abdomen et un liseré jaune sur son premier segment. Sa tête – vue de face – est orange. Il est aussi appelé frelon aux pattes jaunes, c’est probablement l’élément différenciant le plus facile à observer.

Les ouvrières sont un peu plus grandes que celles du frelon européen (Vespa Crabro); les Reines ont une taille équivalente à leurs cousines.

Reproduction

La durée de vie d’une reine frelon asiatique est d’un an.

Chaque reine frelon fonde sa propre colonie du mois de mars au mois d’août. Le nid sera alors de la taille d’une orange. La colonie se compose de larves qu’elle pond et qui deviendront les premières ouvrières du nid, les ouvrières de « première caste ». A partir du début du mois de juin la colonie sera composée d’ouvrières adultes, puis de mâles et de femelles sexuées. Un nid abrite environ 2.000 frelons en saison, dont plus de 500 femelles sexuées qui deviendront de futures reines.

Le frelon asiatique

Les ouvrières, les mâles et les reines en fin de cycles meurent l’hiver; le nid est abandonné. Les femelles sexuées fécondées durant l’automne passeront l’hiver en diapause dans un endroit abrité, souvent enterré et sortiront au printemps pour fonder leur propre colonie. Il est fréquent que les nouveaux nids construits au printemps soient éloignés du précédent.

Le frelon est opportuniste; il peut construire son nid aussi bien autour d’habitations que du mobilier urbain.

Le nid ou « guêpier » est fait de fibres de cellulose mâchées. Il peut atteindre 1 mètre de haut et 80cm de diamètre. Il est généralement de forme sphérique et possède un orifice de sortie latéral.

Comment est-il arrivé en France?

Cette espèce a été introduite accidentellement en France en 2004, probablement par l’intermédiaire de poteries importées de Chine. Il a été identifié pour la première fois dans le Lot-et-Garonne.

Naturellement acclimaté à un milieu tempéré à subtropical, le frelon asiatique à trouvé en Europe et notamment en France un climat propice à la colonisation de nouveaux territoires.

Est-il dangereux pour l’Homme?

Hors de la zone proche du nid, le frelon est un insecte pacifique qu’il suffit de ne pas effaroucher par des gestes brusques.

Cyprien Fériès – désinsectiseur – nous précise dans l’article qui présente son métier, que le frelon asiatique n’est pas agressif envers l’Homme lorsqu’il est isolé. Il est peut dangereux tant qu’on n’agresse pas son nid. Si on s’approche à moins de 5 mètres, les attaques peuvent alors devenir collectives et très virulentes. Plus le nid est bas, plus réel le danger est important. L’imminence de l’attaque peut se reconnaître à un changement dans le bourdonnement.

Les frelons sont attirés par la lumière, leur visite est fort probable si leur nid est installé près d’une habitation. Il suffit alors d’allumer la lumière dans une pièce différente pour le faire sortir d’une pièce donnée.

La piqûre de cet insecte est très douloureuse à cause du diamètre de son dard et la composition de son venin. Celle-ci n’est pas mortelle même lorsqu’une personne est attaquée par plusieurs dizaines de frelons.

Néanmoins, une seule piqûre peut tuer si l’individu est allergique, en particulier en cas d’œdème de Quincke ou de choc anaphylactique.

Pourquoi est-il dangereux pour les abeilles?

Le frelon asiatique

Pour nourrir son couvain, une colonie bien développée peut consommer 500 g d’insectes par jour.

Le frelon asiatique s’attaque aux ouvrières des ruches. Il se positionne en vol stationnaire à l’entrée d’une ruche et attaque une abeille pour la tuer en lui sectionnant la tête avec ses puissantes mandibules avant de l’emporter dans un arbre. Il confectionne en quelques minutes une boulette du corps de l’abeille après lui avoir arraché les ailes et les pattes. Ensuite, il l’emporte jusqu’au nid pour en nourrir ses larves.  Une dizaine de frelons asiatiques suffisent à éliminer une ruche.

Sa période de prédation atteint son paroxysme au mois d’août et entraîne des pertes importantes au sein des ruches. Si certaines races d’abeilles comme l’Apis Cerana sont capables de lutter contre un frelon isolé (en formant autour de lui une grappe compacte pour faire monter sa température et le tuer par suffocation)  la présence d’un nid à proximité et le risque permanent d’attaque provoque chez elles un stress qui les affaiblit et les rend plus vulnérables aux maladies.

Comment défendre les ruches de ses nuisances?

Le Musée National d’Histoire Naturelle (MNHN) nous met en garde :

« …une lutte irraisonnée contre une espèce envahissante peut conduire à favoriser son installation. Cela a été trop souvent le cas par le passé. Les espèces envahissantes ont en général une très forte capacité d’adaptation et de dispersion. C’est le cas du Frelon asiatique à pattes jaunes. Les méthodes de lutte qui ont un impact sur le reste de l’environnement (comme l’utilisation d’appâts empoisonnés) risquent donc de desservir nos espèces locales en faveur de ce dernier. Le Frelon asiatique, Vespa Velutina, a été classé, par arrêté ministériel fin 2012 au titre du code rural et de la pêche maritime, en danger sanitaire de 2e catégorie pour l’abeille domestique. Cet arrêté permet la mise en place d’un programme de lutte collectif et volontaire et l’interdiction de l’introduction de ce frelon dans le milieu naturel. La formation d’un groupe de travail composé des administrations publiques, de représentants apicoles et de scientifiques a permis la réalisation d’une note de service définissant les mesures de surveillance, de prévention et de lutte. »

Dans l’attente de nouvelles découvertes et de méthodes de lutte spécifiques, il vaut mieux suivre les recommandations du MNHN exposées sur la page frelonasiatique.mnhn.fr/lutte/


Pour aller plus loin, voici une sélection de vidéos et de sites internet à consulter :

guest
0 Commentaire(s)
Inline Feedbacks
View all comments