Les 4 saisons de l’apiculture : l’été

 ARTICLE

[Juin – Août]

Durant l’été, la saison apicole bat son plein. Les miellées se succèdent.

Pour les abeilles, c’est une période d’intense activité; elles profitent au maximum des fleurs et plantes mellifères pour stocker du miel.

L’apiculteur observe régulièrement l’activité de ses ruches. Les plus chanceux viennent de réaliser leur première récolte, celle du miel de printemps et préparent la deuxième (le miel d’été, mais on n’utilise pas ce terme) qui aura lieu à la toute fin de l’été. Pour cela, il doit ajouter sur le corps des ruches de nouvelles hausses.

Une hausse, c’est une sorte d’annexe de la ruche, un grenier supplémentaire que les abeilles – travailleuses impénitentes – iront emplir de miel lorsque le corps de la ruche sera plein. C’est cette partie des réserves uniquement qui sera prélevée par l’apiculteur. Le miel du corps de la ruche est nécessaire aux abeilles pour assurer la survie de la colonie durant l’hiver. Les mauvaises années, cette partie peut être insuffisamment remplie pour assurer la subsistance des abeilles. L’apiculteur ne pourra alors bénéficier d’aucune récolte et devra procéder à un nourrissage des abeilles au sucre.

En juin, c’est la crise du logement ! Les abeilles sont très nombreuses dans la ruche, trop nombreuses et cherchent de l’espace: c’est la période d’essaimage. Puis, pour assurer la perpétuation des nouvelles colonies ainsi créés, les Reines vierges s’envolent pour leur vol de fécondation. Elles pourront ainsi commencer à pondre.

En juillet, les colonies qui n’essaiment pas continuent à stocker des provisions pour l’hiver. Selon les biotopes, les apiculteurs peuvent récolter. Attention, si la météo devient défavorable pendant plusieurs jours et que les orages d’été éclatent, une disette peut survenir et mettre en danger la colonie.

A l’intérieur de la ruche, lors des grosses chaleurs, la colonie a besoin de ventiler pour arriver à climatiser son environnement. Les abeilles consomment pour cela des quantités importantes d’eau qu’elles doivent pouvoir boire aux abords de la ruche. Le soir, de lourdes grappes d’abeilles se forment à l’extérieur, elles font la barbe.

En août, les jours raccourcissent, la reine réduit considérablement sa ponte, la colonie diminue. Lorsque les butineuses n’arrivent plus à fournir la ruche en ressources naturelles  suffisantes, elles déclenchent leur Saint Barthélémy annuelle: c’est le massacre des faux-bourdons – les mâles – devenus de bouches inutiles à nourrir, puisque leur seule fonction est de féconder les jeunes Reines à la fin du printemps. Ils sont alors jetés dehors par les femelles et promis à une mort certaine.

Dans la ruche, les espaces libérés sont comblés par les réserves de miel et de pollen prévues pour l’hiver.

A la fin de l’été, l’apiculteur procède à la dernière récolte de miel et prend ses dispositions pour qu’aucun parasite ou maladie ne mette en danger ses colonies durant l’hiver. Puis vient le temps du nettoyage de la miellerie et de l’entretien du matériel. Le miel, conditionné ou non, sera stocké dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Il pourra être consommé par l’apiculteur pour assouvir sa propre gourmandise, être stocké ou être vendu.


Rdv en septembre pour découvrir les Activités d’automne au rucher.

9
Commentaire(s)

avatar
100
Visiteur

Well done

Visiteur

En rang d’oignons … difficile de faire mieux !

Visiteur

Waouh! Fantastic capture!

Visiteur

Amazing capture

Visiteur

Superbe!

Visiteur

Awesome shot

Visiteur

Amazing close up of a hive at work… Love it!