Le mojito Cubain

RECETTE

Un mojito sinon rien
© Charlotte Dumas

Ingrédients

  • 2 c.à.s de sucre de canne roux
  • un bouquet de menthe fraîche
  • un citron vert coupé en 8
  • 4 cl de rhum Havana Club 3 anos (on boit Cubain ou pas!?)
  • 1/3 tumbler d’eau gazeuse
  • 1/3 tumbler de glace pilée

Verre : tumbler

Dans chaque verre, mets le sucre. Ajoute le citron vert et une quinzaine de feuilles de menthe entières et nettoyées. Ecrase le tout grossièrement avec un pilon pour commencer à mélanger les saveurs. Ajoute l’eau gazeuse, la rasade de rhum et comble l’espace restant dans le verre avec de la glace pilée.


Les puristes me jetteront des cailloux, mais je trouve que les eaux gazeuses parfumées aux agrumes comme le Perrier citron vert apportent une fraîcheur supplémentaire à ce cocktail. Quant à la goutte de bitter aromatique Angostura, j’y suis accroc, c’est vraiment la goutte qui fini parfaitement le cocktail!!

A déguster avec une paille gourmande (en sucre) ou jolie et écologique (en bambou ou en inox).

Les recettes revisitées

• le Virgin mojito : pour les femmes enceintes, ceux qui surveillent (un peu) leur ligne (mais pas trop car ce cocktail contient quand même du sucre) ou ceux qui ne boivent pas d’alcool

• le Virgin Mojito aux fraises et aux framboises : si girly. Le Virgin Mojito, agrémenté de quelques fruits rouges.

• le Virgin Mojito au Concombre : pour les curieux qui aiment atteindre une destination (le plaisir!) en changeant de mode de transport (fraicheur et verdure, via le concombre et la menthe)

• le Royal Mojito : pour les plus précieux d’entre nous (substituer le champagne à l’eau gazeuse)

Origine

Si tu avais encore un doute, balayions le tout de suite… L’origine du Mojito est 100% cubaine. Toute son histoire repose sur celle de la canne à sucre, dont on fait le rhum.

La légende raconte qu’au XIXe siècle, les pirates du navire le Drake consommaient les eaux-de-vie de canne à sucre produites sur l’île de Cuba arrangées de quelques feuilles de menthe parfumées. Dès 1910, le jus de citron vert serait venu agrémenter le breuvage primaire. L’assaisonnement frais aurait pris le nom de Mojo.

S’il en est peut-être inspiré, le Mojito n’est né ni dans une cale, ni sur le pont d’un bateau pirate, mais bel et bien dans un bar de la Havane. Attiré par le jeu des mélanges – que l’on nommera savamment plus tard la mixologie – un barman Cubain s’est attribué la paternité de ce cocktail qu’il a élaboré à base du meilleur rhum local de l’époque. Il a apporté un équilibre aux saveurs de son mélange et a révélé un rituel d’élaboration. Passionné par son métier, il travaillait alors au bar-club la Concha, à l’ouest de la capitale, là où les clubs sont légion. Son succès se confirme dans les années 1920 et 1930. On trouve des traces de sa recette dans le Manual Oficial del Club de Cantineros datant de la période marquée par l’interdiction des boissons alcoolisées aux États-Unis.

Le cocktail Mojito se fera remarquer dans toute la littérature à travers « la Floridita » et « La Bodeguita del Medio » célèbres bars qui ont contribués à son développement. La Bodeguita del Medio – minuscule bar de La Havane – à fêté en 2012 ses 70 ans. Il reste incontournable pour des millions de touristes qui viennent découvrir une des meilleures adresses de l’écrivain Américain Ernest Hemingway, qui buvait son Mojito à la Bodeguita et son Daiquiri à la Floridita.

Un mojito sinon rien
La Havane, Cuba © Charlotte Dumas
La Havane – Cuba © Charlotte Dumas
guest
0 Commentaire(s)
Inline Feedbacks
View all comments
error: