La villa Cavrois

ARTICLE

La villa Cavrois

Si durant un prochain week-end tu souhaites allier balade en région et découverte d’un petit bijou de l’architecture contemporaine, je te recommande vivement de prendre la direction de LilleA 8 kms du centre-ville se situe la commune de Croix, qui abrite la villa Cavrois.

 

Son architecte, Robert Mallet-Stevens

Architecte, décorateur, enseignant, Robert Mallet-Stevens débute sa carrière en 1907. La villa Cavrois lui fût commandée 22 ans plus tard et inaugurée en 1932.

Mallet-Stevens défend une vision moderne et rationnelle de l’architecture, qui refuse l’ornement. Il propose une conception novatrice de la lumière, qu’il traite comme un matériau à part entière. Parallèlement, il réalise les décors d’une vingtaine de films. Il y développe une vision du décor intérieur comme mise en scène de la psychologie des personnages. 

Au tournant des années 1930, Mallet-Stevens est – avec Le Corbusier – l’un des architectes les plus en vue. La villa Cavrois marque l’aboutissement de sa pensée: il réalise un chef-d’œuvre, concevant à la fois le bâtiment, ses aménagements intérieurs et son mobilier, ainsi que le parc. Difficile d’imaginer que les équipements qu’on y retrouve soient contemporains de la première crise mondiale et de la prohibition. En dépit de son importance dans la construction d’une pensée architecturale moderne, son travail tombe peu à peu dans l’oubli après sa disparition en 1945.

La villa

Elle a été conçue pour loger Paul Cavrois – riche industriel textile de Roubaix – sa femme, Lucie et leurs 7 enfants. Le cahier des charges de cette réalisation hors-norme était cadré: « air, lumière, travail, sports, hygiène, confort et économie ».

Elle s’étend sur une surface de 2.800 mètres carrés au sol et comprend près d’une soixantaine de pièces (aux affectations des plus classiques aux plus spécifiques telles la salle des malles, la pièce de chasse, le fruitier, la réserve à bois) distribuées entre le sous-sol, le rez-de-chaussée, et le premier étage. Les étages supérieurs permettent les accès aux terrasses et au belvédère. Les points d’entrée sont nombreux et réservés à chacun: les parents, les enfants, le personnel, les visiteurs, les fournisseurs, les véhicules. Le gardien possède sa propre maison, à l´entrée de la propriété. 

 

Structure et caractéristiques du bâtiment

Les plans de Mallet-Stevens intègrent architecture du logis, mobilier et paysagisme des extérieurs. Ils font de la villa une oeuvre complète.

Elle présente deux façades monumentales construites en béton. Son esthétique a été voulue résolument moderne; elle s’inscrit pourtant tout à la fois dans la tradition du château à la française. Ses ailes sont alignées: une est destinée aux parents et l’autre aux enfants et aux domestiques. Les pièces de réception, centralisées, sont prolongées par les allées du parc et son miroir d’eau. 

En 1930, Mallet-Stevens et Paul Cavrois visitent le chantier de l’hôtel de ville d’Hilversum. Son revêtement de brique jaune leur apparaît résolument moderne.

La villa Cavrois

À partir d’un échantillon rapporté de ce voyage, l’Architecte fait réaliser des moules permettant d’obtenir un matériau adapté à toutes les situations (classique, angulaire, arrondi). Les lignes horizontales sont dominantes dans la silhouette de la villa: l’effet est créé par les multiples terrasses et la méthode de parement des briques. Si les jointures verticales sont rendues invisibles, les joints horizontaux sont creusés et peints en noir.

De plus, Mallet-Stevens remplace les hauts toits traditionnels du Nord de la France par des toits-terrasses plus conformes aux principes de l’architecture moderne. Rythmées de leurs rambardes blanches, les façades évoquent les ponts d’un navire. Au dernier étage, la pergola sert principalement d’élément décoratif.

Pour répondre à la commande de Paul Cavrois qui exigeait pour son foyer air et lumière, Mallet-Stevens a percé les façades de nombreuses fenêtres, en choisissant le modèle de vastes baies ou de fenêtres à guillotine, d’inspiration nord-américaine.

La villa Cavrois

La tour centrale de la villa abrite un fumoir, l’escalier d’honneur et, au dernier étage, un belvédère, qui offre une vue dominante sur les environs. Sa haute silhouette équilibre les volumes horizontaux du reste de l’architecture.

Décor intérieur et mobilier

Mallet-Stevens a dessiné l’intégralité du mobilier et étudié le moindre détail du décor. Le raffinement des matériaux (marbre, sycomore, acajou…) et la sobriété des mise en scène saisissent le visiteur. 

La villa Cavrois
La villa Cavrois

Avec son mobilier intégré et son équipement de pointe, la cuisine est une pièce véritablement saisissante de la villa cavrois. Son image fut l’une des plus diffusées après l’inauguration de la demeure. 

La villa Cavrois

L’hygiène tient toute sa place dans la conception de la cuisine. L’architecte fait le choix de surfaces blanches, facilement lavables, presque chirurgicales. Le sol est en damier noir et blanc.

Si toutes les pièces de la villa bénéficient des technologies de pointe (TSF, téléphone, ascenseur, chauffage central), la modernité atteint son paroxysme dans cette pièce, qui dispose d’une glacière, d’un fourneau à gaz, d’un monte-plat électrique et de trois arrivées d’eau: l’une pour l’eau froide, l’autre pour l’eau chaude et enfin une troisième pour l’eau adoucie.

La villa Cavrois

La salle de bain des parents (la villa en possède trois au total) est enfin une pièce visionnaire dont l´équipement n’a rien à envier à nos salles d’eau actuelles: chauffe-peignoir, pèse-personne intégré, baignoire et douche ronde à jet. Les surfaces « sèches » sont dallées d’une moquette noire, qui tranche sobrement avec le marbre blanc de Carrare et les mosaïques en émaux de Briare des sanitaires.

Les matériaux

Le décor conçu par Mallet-Stevens refusait l’ornement, mais employait des matériaux de premier choix.

  • Des plaquages de marbre, d’origines variées (marbre blanc d’Italie, marbre noir de Belgique, marbre jaune de Suède).
  • Le parquet de la villa est composé de lames de bois d’essences diverses, fixés selon la technique du mortier magnésien, qui assure une grande solidité. Bien que très endommagés, les éléments subsistants ont pu être restaurés et sauvés à 90%. La restauration a été effectuée par l’entreprise belge qui avait procédé à la pose du parquet en 1932. A cette occasion, la société Jadoul a retrouvé un savoir-faire perdu, celui du parquet mosaïque Noël.

Afin de présenter la richesse et la diversité des matériaux employés, une mathériauthèque est aménagée dans la cave à vins, mettant en regard les matériaux d’origine et ceux conçus à l’identique pour la restauration.

Le mobilier

Mallet-Stevens a dessiné la quasi-totalité du mobilier de la villa Cavrois, adaptant les formes et les matériaux à la fonction et au décor de chaque pièce.

On sait que malheureusement la totalité de son mobilier – à l’exception d’une table de cuisine miraculeusement retrouvée au sous-sol – a été dispersé suite au décès de Lucie Cavrois survenue en 1985. Une partie de la villa a donc été remeublée sur la base des documents d’archives et notamment de photographies datées de 1932, qui nous renseignent sur leur disposition originale.

Les meubles du boudoir, de la salle à manger des enfants, les fauteuils de la chambre parentale, trois appliques du vestibule, la sculpture d’hermine des frères Martel ont pu être acquis sur le marché de l’art, tandis que d’autres pièces ont été données au centre des monuments nationaux. Le mobilier intégré a fait l’objet de restitutions très minutieuses par des artisans spécialisés.

Le parc

Le parc offre par ses allées et son bassin un prolongement des lignes et des dimensions de la villa. Il forme un véritable écrin qui magnifie le bâti.

S’étendant à l’origine sur 5 hectares, le parc est aujourd’hui amputé de plus de la moitié de sa superficie. À l’est du parc, Mallet-Stevens a dessiné une roseraie dans la tradition des jardins classiques. Un verger, un potager et un poulailler assurent l’approvisionnement de la cuisine. Ces éléments du parc ont disparu lors du lotissement du terrain dans les années 1990.

Long de 72 mètres, le miroir d’eau s’inscrit dans le prolongement du grand hall et de l’allée circulaire au Nord. Trop visible depuis le ciel, le miroir d’eau a été comblé par les Allemands durant l’occupation de la villa. À l’occasion de la réfection du parc, il a été remis au jour et entièrement restauré.

Conçue pour faciliter la circulation des automobiles et la dépose des invités, l’allée circulaire participe à la théâtralisation de l’accès à la villa. Depuis le portail, situé dans l’angle de la propriété, le visiteur découvre progressivement la façade monumentale du bâtiment. Les hôtes descendent de voiture sous le porche, tandis que le chauffeur poursuit sa route sur l’allée circulaire afin de faire demi-tour en toute élégance.

La villa Cavrois

Le bassin de natation, de 27 mètres de long répond à la fois au souci d’hygiène, de santé et de sport qui caractérisent le programme de la villa. Avec la gymnastique, la natation est, durant l’entre-deux-guerres, un sport extrêmement valorisé.

La villa Cavrois

La rénovation des lieux

Occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, la villa Cavrois est transformée par les Allemands en caserne.

Rendue à la famille, la villa fait l’objet d’importantes modifications par l’architecte Pierre Barbe, qui, à la demande du propriétaire, divise les espaces en appartements pour ses fils devenus de jeunes adultes.

Après la mort de Madame Cavrois, la décennie d’abandon que subit la villa la bouleverse profondément. Elle se dégrade rapidement. Squattée, elle est vandalisée et ses matériaux précieux sont pillés : les marbres sont arrachés, des feux de camp brûlent à même le sol, les gaines électriques rouillent et les maçonneries éclatent. Des arbres poussent au sein de l’escalier d’honneur.

En 2001, l’État rachète la villa et entreprend des travaux de restauration. Un chantier de plus de dix ans, appuyé par des recherches historiques et rendu possible par le savoir-faire d’artisans hautement qualifiés, a permis de restituer l’état originel de la villa. Pour témoigner du passé tumultueux du monument historique, une pièce à l’étage – la chambre des garçons, – a été laissée dans son état de délabrement.


Pour approfondir cette visite, de nombreuses ressources documentaires (brochure ou application de visite, plans, plans 3D, archives de la rénovation) sont mises à disposition sur le site du monument et le blog des amis de la villa.

Villa Cavrois

60, avenue John Fitzgerald Kennedy – 59170 Croix

Tel : +33 (0)3 20 73 47 12

www.villa-cavrois.fr

Tarif plein: 8€

Pour le respect des lieux, il existe de nombreuses restrictions encadrant les visites de la villa. Il est recommandé de les consulter sur le site, ainsi que les conditions d’accès avant de vous y rendre. 

 

guest
22 Commentaire(s)
Inline Feedbacks
View all comments
18 février 2017 16 h 01 min

Nice architecture

25 novembre 2016 11 h 58 min

Le « château » moderniste . Superbe édifice .

25 novembre 2016 12 h 00 min

Graphique .

25 novembre 2016 12 h 02 min

Superbe mobilier .

25 novembre 2016 12 h 01 min

Il faudrait mettre des livres .

10 février 2017 17 h 06 min

Superbe endroit qui a frôlé la disparition!!

Belles images! :-)

20 mars 2018 6 h 36 min

Beautiful insight

18 février 2017 16 h 02 min

Nice architecture, compositions and colours

15 janvier 2018 21 h 31 min

Superbes clichés!

15 janvier 2018 18 h 07 min

Great shots

15 janvier 2018 12 h 24 min

Jolis points de vues sur un bel endroit…

12 février 2017 16 h 02 min

Superbe endroit qui a frôlé la disparition.
Belles images: graphisme + couleurs, c’est le bonheur!

12 février 2017 23 h 16 min

Love this house : very interesting architecture and furniture

13 décembre 2016 9 h 25 min

Nice conceptual image

4 février 2017 4 h 07 min

This composition is brilliant. Well done!

29 juillet 2016 14 h 12 min

Sublime !

15 janvier 2018 10 h 39 min

Splendide. Je rêve de voir cet ouvrage!

25 novembre 2016 11 h 59 min

Le « château » moderniste : superbe édifice. Très beau cadrage de la photo des briques jaunes

8 avril 2017 8 h 23 min

Pictures well seen and taken !

17 février 2017 7 h 19 min

Great compositions